[Revue de presse] Brexit : les opposants dans les rues de Londres alors que le Parlement s’apprête à voter la « Repeal Bill »

Le lundi 11 septembre, alors que les opposants au Brexit ont défilé dans la capitale britannique pendant le week-end, le Parlement doit voter la loi abrogeant la suprématie du droit européen nommée « Repeal Bill ».

Les opposants au Brexit restent minoritaires

Samedi 9 septembre les opposants au Brexit s’étaient donnés rendez-vous dans les rues de Londres, afin de « demander au gouvernement conservateur de la Première ministre Theresa May de ‘renoncer au Brexit‘ » [Le Figaro]. Les manifestants « ont arpenté le bitume entre Hyde Park et l’abbaye de Westminster, siège du Parlement« , précise Le Parisien. Se trouvaient parmi eux « des personnalités comme le chanteur Bob Geldof, mais aussi des politiques de tous bords » opposés au Brexit.

Dans le « cortège de la ‘Marche du peuple pour l’Europe' », il a également été possible d’apercevoir nombre de drapeaux européens, mais aussi des pancartes hostiles à la sortie de l’Union européenne [Le Figaro]. Parmi les manifestants, Le Parisien a interrogé Katie, licenciée suite à la victoire du « leave », qui espère désormais « faire durer le processus, jusqu’à ce que les gens en mesurent les conséquences réelles« .

En revanche comme le note Le Figaro, « seuls 7% [des Britanniques] veulent que le Brexit soit abandonné, et seulement 17% réclament un second référendum« . Face à cette minorité « l’opinion dominante estime que le processus doit aller à son terme« . L’opposition est dirigée par diverses organisations émanant de la société civile, or « celles-ci sont dispersées, mal structurées, sans stratégie commune et n’ont guère de prise dans l’opinion« , poursuit Le Figaro.

« Prérogatives Henri VIII »

Et après ce week-end de manifestations, c’est aujourd’hui que le Parlement britannique doit examiner la « loi d’abrogation » ou « Repeal Bill » en anglais. Ce texte doit abroger « la loi de 1972 qui prévoyait l’incorporation automatique des textes communautaires dans le droit national » [Le Monde]. Dans le même temps, la loi d’abrogation va « convertir toutes les lois européennes existantes » en lois nationales [BBC]. « En apparence contradictoires« , les objectifs du texte cherchent à « assurer la continuité juridique et [à] éviter un terrible ‘saut de la falaise’, le 29 mars 2019, jour où le divorce devrait être effectif » [Le Monde].

Le travail du Parlement est de « transposer telles quelles, ou amendées, une grande partie des lois européennes dans le droit britannique« , or il s’agit d’une tâche herculéenne avec « quelque 12 000 règlements européens qui s’appliquent actuellement dans le pays« , précisent Les Echos.

Par ailleurs le texte va donner des « ‘prérogatives Henri VIII’ au gouvernement, lui conférant le pouvoir de ‘corriger’ la loi après son vote« . Concrètement il s’agit de permettre à l’exécutif de « gommer toutes les références à l’UE qui figurent évidemment dans les textes transcrits, mais deviendront sans objet après le Brexit » [Le Monde]. Enfin, cette loi laisse « les mains libres au gouvernement pour modifier à sa guise l’accord final avec l’UE« , ne permettant pas aux députés d’amender le texte lors du vote final [Le Monde].

Pour David Davis, ministre chargé du Brexit, il s’agit d’une « législation cruciale« , qui va permettre de « quitter l’Union européenne en toute sécurité » [Les Echos]. En revanche du côté de l’opposition, on dénonce une loi conférant des pouvoirs de « monarques médiévaux » au gouvernement [BBC]. Pour les libéraux-démocrates, en faveur d’un nouveau vote sur le Brexit, « infliger une défaite au gouvernement dépend du Labour » [BBC]. Cependant, la loi devrait être votée car Theresa May dispose « d’une courte majorité (13 voix) grâce à son alliance avec le petit parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP » [Les Echos].

« Le Brexit est inévitable »

En plein « violent débat » sur le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair s’implique également et critique dans un rapport le Brexit comme solution aux problèmes de l’immigration européenne [Libération]. Publiées par son think tank le Tony Blair Institute for Global Change, des propositions de mesures sont formulées afin de limiter l’immigration tout en restant dans le cadre de l’Union européenne.

Ainsi pour l’ancien locataire du 10 Downing street, le divorce avec Bruxelles n’est pas une fatalité. Cependant, comme le remarque Libération, pour Tony Blair « le Brexit est inévitable, ‘à moins qu’il devienne clair que le public change d’avis‘ ».

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

DIE UNVERSTANDENEN BRÜDER

Vortrag zum zehnjährigen Bestehen des Partnerschaftsvereins Kriftel-Airaines. Revidierte Fassung 2016

„Ein echter deutscher Mann mag keinen Franzen leiden, / Doch ihre Weine trinkt er gern.“ So lässt Johann Wolfgang Goethe einen Zecher in Auerbachs Keller in Leipzig antworten, dem der Teufel in Gestalt des Mephistopheles gerade einen Wein nach Wahl angeboten hat.

Selten hat das Wort eines akademischen Suffkopfs, dem es kurz darauf mit seinen studentischen Kumpanen „ganz kannibalisch wohl, Als wie fünfhundert Säuen“ sein wird, eine solche Karriere gemacht wie dieses. Es wurde ein geradezu klassisches Zitat, da der „Faust“ ganz unkritisch und daher meist unaufmerksam als deutsche Nationaldichtung gelesen und interpretiert wurde. Der kritisch-ironische Unterton des nicht nur in solchen Dingen souveränen Geheimrates Goethe wurde oft überhört und vor allem seit dem späten 19. Jahrhundert der Ausspruch als Ausdruck der unverbildeten deutschen Volksseele verstanden, die bei allem unbekümmerten Lebensgenuss doch das Grundverhältnis von Deutschen und Franzosen verinnerlicht habe. ‚Der Franzose’ galt als Erbfeind und ein guter Deutscher konnte nur sein, wer das Schlechte, Fremde, Französische nach Möglichkeit mied[1] und die Franzosen hasste.

Dass ein kritisches Wort so missverstanden und zum Sprichwort werden konnte, lag natürlich auch daran, dass der Autor Goethe mit ihm (ironisch, aber das wollten nicht alle merken!) eine Stimmung aufnahm, die im späten achtzehnten und beginnenden 19. Jahrhundert vor allem im Bildungsbürgertum und im Adel verbreitet wurde und daher verbreitet war. Aus Frankreich war in der (nicht selten von interessierter Seite manipulierten!) Erinnerung in den beiden Jahrhunderten zuvor alles Übel gekommen.

Frankreich hatte von dem unseligen Religionskrieg, der vor allem in den deutschen Ländern wütete und dreißig Jahre währte, in Europa am meisten profitiert, es war groß und stark und auch kulturell eine Vormacht geworden und die neue Situation nach Kräften ausgenutzt, wie alle Mächte das bis heute tun. Unter Ludwig XIV. hatte es mit juristischer List (die „Reunionspolitik“ in der Tradition der „Rekuperationen“) und militärischen Aktionen, unter denen alle deutschen Gebiete links und manche auch rechts des Rheins Schlimmes zu leiden hatten, seine Grenzen weit über die Sprachgrenze nach Osten vorgeschoben.

In Frankreich war 1789 die, wie man später in Deutschland vorwiegend empfand, gottlose Revolution ausgebrochen, die die deutschen Länder (ich formuliere so allgemein, weil das Deutsche Reich in dieser Zeit noch fraglos auch die österreich-ungarischen Länder einschließlich Böhmen und Mähren umfasste!) in eine tiefe politische, soziale und mentale Krise stürzte. Aus Frankreich waren in der Folge der Revolution erst ohne, dann mit Napoleon die Heere nach Osten aufgebrochen und hatten dem ‚lieben, heil’gen Römischen Reich’[2], das rund 1000 Jahre bestanden hatte, den Garaus gemacht und die europäischen Grenzen und Herrschaftsverhältnisse völlig durcheinander gewirbelt. (Wer erinnert sich in Deutschland heute noch daran, dass man 1803, wenn man wie Madame de Staël, von der später noch die Rede sein wird, von Westen her nach Deutschland reiste, die Grenze zum Beispiel bei Mainz und erst mit dem Rhein überschritt?)

In Frankreich hatte sich dann im 19. Jahrhundert – mit vielen Konflikten und Brüchen, wie immer in solchen historischen Umbruchszeiten (das zweite französische Kaiserreich unter Napoleon III. war zu einer autoritären Militärmonarchie geworden) – aus der Revolution und der Regierung Napoleons eine Vorstellung von Rechtsstaat herausgebildet, die für andere Nationen, auch für die sich allmählich in der sogenannten ‚kleindeutschen’ Lösung herausbildende deutsche, vorbildlich wurde, aber auch dies nur mit großen Schwierigkeiten, da der demokratische Rechtsstaat von den Monarchisten aller Couleur und dann von den Nationalisten gerne als degeneriert, als ‚übel französisch’ und daher als völlig ‚undeutsch’ diffamiert wurde.

Und für all diese wirklichen oder vermeintlichen üblen Erfahrungen (es kommt ja immer auf den Standpunkt an – die deutschen Jakobiner und frühen Demokraten zum Beispiel waren gar nicht so schlecht auf die Errungenschaften in Recht und Politik zu sprechen, die die napoleonische Herrschaft in Deutschland eingeführt oder doch zumindest vorstellbar gemacht hatten), für dieses Konglomerat also aus häufig schiefen Erinnerungen und unerschütterlich gewordenen Vorurteilen meinte man in Goethes (man erinnere sich: einem nicht mehr ganz nüchternen Stammtischbruder in den Mund gelegtem!) „Faust“-Zitat eine durch den Dichterfürsten beglaubigte und das deutsch-französische Verhältnis endgültig auf den gemeinsamen Nenner der Unvereinbarkeit gebrachte Zusammenfassung zu haben.

In Frankreich meinte man ähnliche Erfahrungen mit dem östlichen Nachbarn gemacht zu haben und immer neu machen zu müssen. Nur sind diese Erfahrungen und die daraus hervorgegangenen Urteile und Vorurteile um viele Jahrzehnte jünger und daher noch relativ leicht aktualisierbar. Man hatte in Frankreich zum Beispiel die Erwerbungen in der Zeit Ludwigs XIV. und die dadurch erweiterten Grenzen in fast zwei Jahrhunderten als schon immer gegebene und daher natürliche erfahren. Die in den fünfziger Jahren des 19. Jahrhunderts meist erfolgreichen Bestrebungen Napoleons III., Frankreich wieder zu einer europäischen Großmacht zu machen (erinnert sei an den Krimkrieg und die gegen Österreich erfolgreiche Politik in Italien), und die gleichzeitige Erweiterung des französischen Territoriums durch neue Kolonien schienen diesen Eindruck zu bestätigen und vertieften ihn dadurch. Nachlassende Erfolge in den sechziger Jahren bewogen den französischen Herrscher, nun seinerseits die antideutsche Karte zu ziehen und den Konflikt mit dem ‚Erbfeind’ zu suchen.

Die unmittelbaren Gründe, die zum deutsch-französischen Krieg von 1870/71 führten, sind etwas verwickelt (es ging um die spanische Thronfolge, die einem Hohenzollernprinzen angeboten worden war und die Frankreich, eine prekäre Situation wie im 16. Jahrhundert fürchtend, nicht akzeptieren wollte und konnte), aber man kann sagen, dass Frankreich den Krieg nicht vermeiden und Bismarck den Krieg mit der berühmten Emser Depesche aus innenpolitischen und aus Gründen der zu gewinnenden Reichseinheit provozieren wollte.

Das Ergebnis ist bekannt – und es war für viele Franzosen ein innen- wie außenpolitischer Schock. Innenpolitisch, weil der Übergang von der Monarchie zur Republik nur in großen Auseinandersetzungen bewältigt werden konnte, die im von den republikanischen Truppen blutig niedergeschlagenen Aufstand der Commune de Paris gipfelten, ein Ereignis, das die französische Innenpolitik über Jahrzehnte bis zum Biegen und Brechen belastete. Außenpolitisch, weil das siegreiche Preußen und seine süddeutschen Verbündeten nicht nur in einer die Franzosen insgesamt demütigenden Feier im Spiegelsaal von Versailles ihr neues Deutsches Kaiserreich ausriefen, nicht nur weil es den Unterlegenen die ungeheure Summe von 5 Milliarden Francs als Reparationen abnötigte (gelagert im später so berühmten ‚Juliusturm’), sondern vor allem, weil es Lothringen und das Elsaß annektierte (und es dann auch noch schaffte, die dortige, überwiegend deutschsprachige Bevölkerung durch eine als arrogant und brutal empfundene Kolonialpolitik ihrer Tradition zu entfremden und in Frankreich das verlorene Vaterland zu sehen).

Das hatte wiederum ein Doppeltes zur Folge.

Erstens: Im neu geschaffenen Zweiten Kaiserreich der Deutschen konnte jede radikaldemokratische oder auch nur ‚linke’ Bestrebung, die sich bald in der Sozialdemokratie zur politischen Kraft konstituierte, mit dem Hinweis auf den Aufstand der Commune als staatsgefährdend und dazu noch als ‚undeutsch’ stigmatisiert und desavouiert werden. Die Sozialistengesetze und die darauf einsetzende Verfolgung der Sozialdemokratie waren die in der deutschen Politik lange wirkenden Ergebnisse. Das andere war, dass in den folgenden vier Jahrzehnten sehr wechselvoller französischer Innen- und Außenpolitik alle sonst noch so unterschiedlichen politischen Kräfte in einem einig waren oder auf dieses eine Ziel jederzeit eingeschworen werden konnten, auf das Ziel nämlich, die von Deutschland annektierten (wiedergewonnenen deutschen – so sah man es in Deutschland einhellig und nicht ganz zu Unrecht), in Frankreich aber, wie dargestellt, als urfranzösisch angesehenen Gebiete Elsass und Lothringen wiederzugewinnen. Dass in den so konträren Bestrebungen in Frankreich und Deutschland ein ungeheures Konfliktpotenzial lag, brauche ich nicht auszuführen. Kennzeichnend war, dass man in Deutschland in der gesamten Zeit der hohenzollerischen Kaiser jeweils am zweiten September mit großem Pathos den „Sedanstag“ feierte, also den Tag der Kapitulation der französischen Truppen 1870, mit dem die deutsche Einheit ermöglicht worden war und die deutsche Überlegenheit besiegelt schien. In Frankreich hingegen wurde es zu einer Sache der nationalen Ehre, dass in jeder Stadt von einiger Größe eine wichtige Straße in Rue oder Avenue d’Alsace-Lorraine umgetauft wurde; man kann das heute noch nachprüfen, denn nach der Rückaneignung der Gebiete (mitsamt ihrer durch den mehrfachen Wechsel mehr als geplagten Bevölkerung) nach dem ersten Weltkrieg behielten die Straßen und Avenuen ihren Namen als Zeichen der Erinnerung an die früheren Verluste und des nun errungenen Triumphes.

Damit ist das nächste Stichwort gefallen: Der erste Weltkrieg. Dass die europäischen Nationen in diesen Krieg, der Millionen Menschenleben forderte, mehr oder weniger ‚hineingeschlittert’ seien, ist ein berühmtes, inzwischen geflügeltes Wort des englischen Premiers Lloyd George. Darauf haben sich viele Politiker, aber auch Historiker lange bequem beziehen können, noch 1958 schrieb der Historiker Golo Mann, der Ausbruch dieses Gemetzels habe „etwas von Selbstentzündung an sich“ gehabt, nicht ohne mit berechtigter Ironie hinzuzufügen, dass alle Beteiligten sich im Recht glaubten, dass alle sich angegriffen und als Opfer fühlten und dass es alle „schön“ fanden, „angegriffen zu sein“. Erst der (gegenüber Golo Mann) jüngere und mit seiner These lange umstrittene Historiker Fritz Fischer hat deutlich gemacht, dass die antreibende Kraft doch eher das deutsche Kaiserreich mit seinem „Griff nach der Weltmacht“ war. Dass es in Frankreich und Deutschland zwar nicht allein um Elsass-Lothringen ging, aber eben auch darum, weil die beiden Gebiete zum Symbol geworden waren, hat der große Philosoph Max Scheler in einem 1915 erschienenen Buch niedergelegt, das den bezeichnenden Titel trug: „Der Genius des Krieges und der Deutsche Krieg“. Er schrieb (nicht ohne europäisch-deutsche Arroganz): „Dieser Krieg ist gerecht schon darum […], weil er ein durch und durch politischer Krieg ist – und gar nicht an erster Stelle durch ‚ökonomische’ Ursachen bestimmt, wie zum Teil die letzten Kolonialkriege, – ein Krieg um die Macht im Herzen der Welt‚ – ja um das Herz des Herzens der Welt, um die Hegemonie in Europa. Er ist gerecht, weil gleichzeitig höchst charakteristische und große, historisch bewährte Kulturideen hinter den kämpfenden Mächten stehen.’“

Diesen Tönen will ich kurz nachgehen, denn sie zeigen, dass aus dem geschichtlich gewordenen Interessenkonflikt und dem daraus entstandenen Gegensatz zweier europäischer Brudernationen im 19. und beginnenden 20. Jahrhundert ein Ringen um die angeblich bessere Moral, ja geradezu ein (pseudo-) religiöser Konflikt konstruiert worden war – auf beiden Seiten.

Ich will gar nicht weiter reden von der auch in der Literatur und Kunst um die Jahrhundertwende zu spürende Friedensmüdigkeit, die junge Menschen in vielen europäischen Nationen im Krieg geradezu eine Erlösung spüren ließ. (Nachzulesen zum Beispiel in den Lebenserinnerungen des Rheinhessen Carl Zuckmayer!) Auch dass so berühmte und hoffnungsvolle Maler wie zum Beispiel August Macke und Franz Marc, aber auch der Altgermanist und Dichter Ernst Stadler freiwillig und begeistert in den Krieg zogen, in dem sie alsbald erst ihre Illusionen verloren und dann ihr Leben, mag als ein Beispiel dafür genügen.

Wie schmerzvoll zerreißend der Krieg für einen jungen Mann war, der als Sohn einer südfranzösischen Mutter und eines schwäbischen Vaters in beiden Nationen und Kulturen aufgewachsen war, will ich am Beispiel eines Wissenschaftlers und Politikers zeigen, der in der Geschichte Deutschlands nach 1945 eine bedeutende wissenschaftliche (in Frankfurt am Main) und politische Rolle (als einer der Väter des Grundgesetzes und in der Bonner Politik) spielte.

Er schreibt in seinen „Erinnerungen“ über die Zeit vor dem Ausbruch des Krieges:

„Die Uniform hatte in jenen Jahren ein Prestige, das sie in Deutschland nie mehr erhalten wird. Auf den Jahresschlussfeiern des Gymnasiums erschienen die Väter, die Reserveoffiziere waren, im Strahlenglanz ihrer Montur, mit Feldbinde, Degen und Helm. In jedem Ort gab es einen Veteranenverein, der am Sedanstag in Gehrock und Zylinder in Reih und Glied zur Kirche zog, Stock und Schirm wie Degen geschultert; auf der Brust klapperten die Medaillen.

In der Schule trat dieser Geist in entsprechender Weise an uns heran. Es war fast unmöglich, dem Flottenverein nicht anzugehören, der uns jährlich einen Kalender bescherte und Lichtbildervorträge anbot, aus denen hervorging, dass Deutschlands Zukunft auf dem Wasser liege. […] In dem Kalender war zu lesen, dass England uns den Platz an der Sonne streitig mache, und in den Missionskalendern, die nicht viel anders aufgemacht waren, stand geschrieben, dass ein getaufter Eingeborener für unsere Kolonien mehr wert sei als hundert Götzenanbeter.

Doch nichts war mit der Zeppelinbegeisterung zu vergleichen, die im Lande des Grafen Zeppelin, in Württemberg also, besonders turbulent war. […] Graf Zeppelin und sein Luftschiff wurden zu Symbolen deutscher Geisteskraft, die sogar das Urgesetz der Schwerkraft zu überwinden vermochte […]“

Der junge Mann machte im Frühjahr 1914 Abitur und wollte mit seinen Freunden auf der Donau von Passau bis zur Mündung fahren. Das Attentat von Sarajewo am 28. Juni 1914 machte einen dicken Strich durch die Rechnung der Freunde. Zwar fuhren sie los, zunächst nach Bamberg, um dem Dom und dem Bamberger Reiter ihre Reverenz zu erweisen, dann nach Nürnberg, in die Stadt Albrecht Dürers und Hans Sachsens.

Schon in Bamberg sahen die jungen Leute überall Kriegsvorbereitungen, in Nürnberg erfuhren sie, dass Österreich-Ungarn Serbien den Krieg erklärt hatte. Sie beschlossen heimzufahren. Unser Autor berichtet:

„Der Zug nach Stuttgart war vollgestopft wie eine Sardinenbüchse, das Durcheinander auf dem Bahnsteig unbeschreiblich: einrückende Reservisten, vorzeitig heimkehrende Urlauber, Ausländer; die nach dem Westen wollten […] Es herrschte Unruhe, doch gab es keine Panik, und den Soldaten war nichts von Aufregung und erst recht nichts von Bedrücktheit anzumerken. Sie schienen vielmehr froh über die Abwechslung, die die ‚Lage’ mit sich brachte. Und überhaupt – was heißt schon ‚Krieg’? Sie sangen: ‚Siegreich wollen wir Frankreich schlagen’.

Von dem Vertragswerk des Dreibundes und der Entente cordiale wussten wir nur, dass es diese beiden Bündnisse gab – aber niemand von uns hatte eine Ahnung von ihren Mechanismen. Warum sollten denn unbeteiligte Mächte kriegerisch eingreifen, wenn Österreich-Ungarn von Serbien verständliche Garantien forderte und diesen Forderungen militärischen Nachdruck verlieh? Warum sollten denn die Russen gegen Österreich-Ungarn zu Felde ziehen, um eine Aktion gegen Fürstenmörder zu verhindern, mit denen der Zar doch sicherlich keine Sympathie haben konnte? Warum sollten die Franzosen uns wegen Sarajewo den Krieg erklären und gar die Briten? Kaiser, Könige und Präsidenten sind doch keine gedankenlosen Berserker!

Wir wurden eines Schlechteren belehrt.“

Ich weiß nicht, ob der Abiturient Carlo Schmid so differenziert gedacht hat, vielleicht hat der altersweise Politiker und Professor für politische Wissenschaften Carlo Schmid beim Schreiben ein wenig mitgedacht. Aber beschrieben hat er die Situation im Sommer 1914 sicher richtig. Und es ist sicher wahr, dass er, wie viele andere, die noch gar nicht wehrpflichtig waren, bei diesem ungeheuren Ereignis des Krieges dabei sein wollte und nur Angst hatte, dass der Krieg vorbei sein könnte, bevor er mitkämpfen konnte. Doch auf welcher Seite sollte er kämpfen? „Als Sohn eines deutschen Vaters war [er] Deutscher; als Sohn einer französischen Mutter, in Frankreich geboren, war [er] Franzose.“ Sein Vater stellte ihm die Entscheidung anheim und hätte ihn wohl am liebsten in der sicheren Schweiz gesehen, die Mutter sagte ihre Meinung deutlicher – und sicher schlug ihr Herz dabei schneller und lauter als sonst:

„’Deutschland ist das Land deines Vaters, und da du dich von diesem Land hast aufnehmen lassen, ist es dein Vaterland – so lange du ihm nicht abgeschworen hast. Seiner Fahne wirst du folgen. Frankreich ist das Land deiner Mutter; dieses Land solltest du auch nach dieser Entscheidung ehren. Künftig werden wir nur noch französisch miteinander sprechen, auch wenn du deutsche Uniform trägst.’“

Carlo Schmid wurde Soldat und hat den Krieg überlebt. (Die Nationalsozialisten hatten ihn aber wegen ‚weltanschaulicher und politischer Unzuverlässigkeit’ von allen Berufungen und Beförderungen ausgeschlossen!).

Es wäre einen längeren Exkurs wert, die Kriegspropaganda auf allen Seiten darzustellen und zu interpretieren, ein paar Hinweise müssen hier genügen. Dass es für viele Politiker und Intellektuelle bei diesem Krieg um die Hegemonie in Europa ging, habe ich schon erwähnt. Aber es ging darüber hinaus, das habe ich auch schon angedeutet. 1915 wurde ein mehrbändiges Werk veröffentlicht, in dem berühmte deutsche Wissenschaftler fast aller Fakultäten den Krieg begrüßten und rechtfertigten – und die Kriegsziele. Der berühmte Jurist Otto von Gierke zum Beispiel schrieb unter dem Titel „Krieg und Kultur“ seinen ‚teuren Volkgenossen’ ins Stammbuch, dass durch den Krieg das deutsche Volk die verderblichen Einflüsse (als da seien: Parteienkampf, republikanische Bestrebungen, „übertriebene Bewunderung des Fremden“, Bewunderung der französischen Revolution, ‚seichter Kosmopolitismus’, Pazifismus, Materialismus, „krankhafte Genußsucht“, „Frivolität und Sinnlichkeit“, mangelnder Patriotismus, man merkt, wie viel davon dem Einfluss Frankreichs zugeschrieben werden konnte!) von außen abgeschüttelt und wieder zu sich selbst gefunden habe. Er nennt diesen ‚großartigen Aufschwung der deutschen Volksseele’ ‚ein herrliches Wunder’. Nun stehe das ganze Volk einmütig hinter dem Kaiser und den Fürsten. Und einmal in Fahrt, gerät der sonst so besonnene Juraprofessor ins große Pathos:

„Der Reichstag […] erwies sich als echte Volksvertretung und erlebte seine größte Stunde, als er in voller Einstimmigkeit alle Forderungen der Regierung, den Milliardenkredit und die Ausnahmegesetze bewilligte. Mit seinen Führern aber erhob sich einhellig das ganze Volk. Nie zuvor hat ein Volk sich so eins mit seinem Staat gefühlt, nie sich ihm mit solcher Treue hingegeben, nie seinen Fürsten, seiner Heeresleitung und seiner Verwaltung so felsenfest vertraut – wie jetzt dieses Volk von fast 70 Millionen Köpfen! Da war kein Unterschied der Stände, keiner zwischen Vornehm und Gering, Reich oder Arm, Gelehrt oder Ungelehrt, Unternehmer oder Arbeiter, Alter oder Jugend. Jubelnd folgten die zum Heer Einberufenen den Fahnen, mit stürmischer Ungeduld drängten sich die Nichtberufenen freiwillig zum Eintritt ins Heer, das die Überzahl der sich Meldenden […] nicht fassen konnte. Wer aber zu alt oder zu jung oder nicht rüstig genug für das Waffenhandwerk war, suchte in irgend anderer Weise dem Heere zu dienen und war beglückt, wenn es ihm gelang, eine Stellung zu finden, die ihn zur Mitarbeit an dem ungeheuren Werke berief. Und mit den Männern zugleich wuchsen die deutschen Frauen zu heldenhafter Größe empor und wetteiferten mit ihnen an freudigem Opfermut und vaterländischer Begeisterung.“

Ich breche hier ab und wende mich den von Gierke als notwendige Folge der völkischen Begeisterung und Besinnung erhofften und als sicher geglaubten Erfolgen zu. Er ist, wie so viele seiner Landsleute vom bald errungenen Sieg überzeugt:

„Wir wollen siegen und wir werden siegen und, wenn wir uns selbst treu bleiben, werden wir einen vollen Sieg erringen, der das Schicksal Europas in unsere Hand gibt. […] Frankreich, schon lange innerlich zerfallen und sittlich gesunken, wird für immer die Lust vergehen, nach Rache zu schreien und begehrliche Blicke auf unsere Westgrenze zu werfen. […]

Daß es deutsche Kultur sein wird, die vom Zentrum unseres Erdteils aus ihre Strahlen verbreitet, unterliegt keinem Zweifel. […] Denn allzu deutlich zeigt sich jetzt die Überlegenheit der jugendfrischen deutschen Kultur über die alternde Kultur der Franzosen.“

Das Lamento über den Sittenverfall im Deutschland der Vorkriegszeit, die unbesonnene Überlegenheitsgeste, der Wunsch nach deutscher Hegemonie sind aber nicht auf die Wissenschaft beschränkt. Auch die Kirchen und ihre Repräsentanten reihen sich ein in die Phalanx der Kriegsbefürworter und –rechtfertiger. So klagt Bischof Michael von Faulhaber; „’Die öffentliche Sittlichkeit unseres Volkes war auf dem Wege nach Paris’“ und verurteilt die „’den französischen Koketten nachgeäffte Frauenmode [als] ebenso unsinnig wie undeutsch’“. Wilhelm von Keppler, der Bischof von Rottenburg, klagt „’über die verbrecherischen Versuche, das deutsche Wesen zu verseuchen durch welsche Art und Mode, durch Einschleppung einer fremdländischen giftigen Literatur, durch würdeloses Nachäffen ausländischer Kunstnarrheiten […] Jaget über die Grenzen die Literaten, Künstler, Zeitungsschreiber, die um Geld deutsche Art verderben, deutsche Sitte verderben, Deutschland verpesten.’“ Bei manchen katholischen kirchlichen Autoren wird nun Wilhelm II. zum „’Stellvertreter Gottes’“, „er sei ‚Dolmetsch des göttlichen Willens, …ein zuverlässiger Verkünder, ein treuer Bote, ein liebenswürdiges Abbild des göttlichen Herrscherwillens.’“ Und es ist dann nicht mehr weit bis zur Identifikation des Krieges gegen Frankreich mit dem Krieg Gottes gegen die Hölle. Ein Schreiber versteigt sich zu der blasphemischen Formulierung „Gott stand auf von seinem Thron, erhob seinen diamantblitzenden Schuh und trat auf Frankreich, dass alle Felsen knirschten. Und plötzlich hörte man’s rauschen, weithin am Horizont, wie von vielen Wassern: das waren Deutschlands Heere.’“ Und was die Kriegsziele betrifft, blieb die kirchliche Predigt zwar häufig inhaltlich im Vagen, wurde dennoch nicht weniger deutlich. 1915 schrieb H. Wolf in seiner Broschüre „Unseres Volkes Stunde“:

„Ja, die Weltenherrschaft unseres lieben deutschen Volkes muss ein Zeitalter der Eucharistie […] werden, und in der Kraft dieser Speise wird jene Herrlichkeit [gemeint ist die des neuen Deutschen Reiches! W.F.] ewig bestehen, in Treue fest. Mir schwebt da ein herrliches Bild vor Augen. Ich sehe da einen herrlichen Kaisergreis im Silberhaar, vielgeprüft, aber majestätisch groß [womit auf den damals schon alten österreichischen Kaiser Franz Joseph verwiesen wird; W.F.], und neben ihm einen wettergebräunten kernfesten Herrscher in der Kraft der Jahre [worunter Wilhelm II. zu verstehen ist; W.F.], wie sie über ihren Völkern thronen, die glücklichen Zeiten durchleben, und in ihrer Mitte, da schwebt in himmlischem Glanze eine weiße Gestalt, der eucharistische Gott und Weltenkaiser. [Und damit die Zielrichtung gegen Frankreich nicht verloren gehe; W.F.:] Ja, wenn dieser Dreibund besteht, wenn diese drei Kaiser ihren Völkern gebieten, der himmlische Kaiser und die beiden Herrscher auf Erden im Schutze des Herrn: Ja, ‚lieb Vaterland, magst ruhig sein, fest steht und treu die Wacht am Rhein’.“

Selten ist die christliche Vorstellung vom dreifaltigen Gott so schamlos missbraucht worden!

Natürlich gab es auf französischer Seite ähnliche Töne. Der sozial und wirtschaftlich nicht weniger als die deutsche zerstrittenen französischen Nation verlangte der französische Präsident Poincaré zu Beginn des Krieges eine Union sacrée, eine heilige Einheit des Volkes ab, die freilich ebenso wenig Bestand hatte wie der deutsche Einheitstaumel. Und im April 1915 erschien in Frankreich eine Schrift, an deren Herausgabe auch französische Kardinäle und Bischöfe beteiligt waren: „La Guerre Allemande et le Catholicisme“. „In diesem Buch wurde gegen Deutschland der Vorwurf erhoben, es führe mit dem Krieg einen Vernichtungskampf gegen den Katholizismus und gegen das Christentum“, womit auch im ansonsten so betont laizistischen Frankreich die Religion in die Kriegspropaganda hineingezogen wurde. Natürlich blieb diese polemische Schrift nicht ohne Entgegnung durch deutsche katholische Bischöfe, die überdies beim Papst Beschwerde einlegten. Der mahnte zu Liebe und Frieden, was sollte er denn sonst machen? Man muss dabei aber bedenken, dass sich das zweite deutsche Kaiserreich in seinen Protagonisten und Handlungen nach 1871, auch um sich gegen das vorwiegend katholische Habsburgerreich abzugrenzen, als pointiert protestantisches Reich verstand und ausgab. (Der protestantische Berliner Dom war als Gegenpol zum Petersdom in Rom gedacht!). Diese Mischung aus Nationalismus und Protestantismus hatte zu erheblichen Spannungen mit dem süd- und westdeutschen Katholizismus geführt. Dieser war, insbesondere nach den Gesetzen gegen die ‚Ultramontanen’, also gegen die Kräfte im Reich, die angeblich nicht genügend patriotisch oder national gesinnt waren, sondern ihre Direktiven aus Rom bezogen, immer wieder als national unzuverlässig denunziert worden – was wiederum den gesteigerten Nationalismus in den katholischen Kriegspredigten und –schriften wenigstens zum Teil erklären mag.

Kürzen wir ab!

Wie dieser Krieg ausging, wissen wir. Beide nun umso mehr verfeindeten Brudernationen wurden in den nächsten beiden Jahrzehnten von heftigen Krisen geschüttelt, nur dass dieses Mal die Besatzungs- und Reparationspolitik vom siegreichen, wenn auch vom Krieg genauso geschwächten Frankreich ausging – mit einem ähnlichen Ergebnis wie fünfzig Jahre zuvor umgekehrt: ökonomisch nutzlos, politisch verfehlt, mental eine Katastrophe. Denn nun konnten die Nationalsozialisten, die alsbald in Deutschland eine starke politische Kraft wurden, anknüpfend an die bösen Erfahrungen der Rheinlandbesetzung die alte Feindschaft übernehmen und für ihre Zwecke ausnutzen, genauso wie sie die Religion und ihre tradierten Vorurteile ausnutzten, den Kapitalismus mit seinen ökonomischen Möglichkeiten wie den Antikapitalismus mit seinen sozialen Versprechungen.

Auch die Kriegspropaganda auf beiden Seiten ist den Älteren unter uns noch in den Ohren, den Jüngeren noch vor Augen. Die Verführbarkeit der Menschen durch den Antisemitismus auch in Frankreich wird allmählich auch dort wieder erkannt und in seinen schrecklichen Auswirkungen anerkannt, auch wenn das für die französische Öffentlichkeit schmerzlich zu bekennen ist.

Am 8. Mai 1945 stand Deutschland vor dem Scherbenhaufen seiner Geschichte, Frankreich feierte, zutiefst verunsichert und von den siegreichen Alliierten USA, Sowjetunion und Großbritannien mehr gelitten denn als gleichwertig angesehen, einen bitteren Triumph über den ‚Erbfeind’. Die gemeinsame, oft bittere Geschichte der beiden Brudernationen schien an das Ende eines unaufhebbaren Hasses gekommen. Kaum jemand konnte sich damals ein weiteres Nebeneinander vorstellen, geschweige denn ein Miteinander.

Wer Deutschen oder Franzosen 1945 hätte sagen wollen, was später normal sein würde, der hätte auf beiden Seiten als obskurer Phantast gegolten, und das wohl mit einigem Recht!

Lassen Sie mich, da wir heute das zehnjährige Jubiläum des Bestehens des Partnerschaftsvereins Kriftel-Airaines feiern, beispielhaft zwei Ereignisse erwähnen, die – persönlich von sehr unterschiedlichem Gewicht, aber historisch beide an ihrer Stelle bedeutsam – am 13. und 14. Juli 2007 in Airaines und Briquemesnil-Floxicourt bei Airaines stattfanden. Wer sie 1945 hätte prophezeien wollen, wäre vermutlich in psychiatrischer Behandlung gelandet, wenn nicht verprügelt worden.

Meine Frau und ich waren beim Partnerschaftsfest beim Ehepaar Marie-France und Jean-Jacques Stoter untergebracht, denen wir ein Jahr zuvor als Gastgeber in Kriftel zum ersten Mal begegnet waren. Herr Stoter ist nicht nur Conseiller Général des Départements Somme, sondern auch Bürgermeister des kleinen Doppeldörfchens Briquemesnil-Floxicourt, von dem er gerne sagt, dass dort mehr Kühe leben als Menschen. Am Morgen des 14. Juli fand dort eine kleine Feier zur Fête Nationale am Kriegerdenkmal der Gemeinde statt. Herr Stoter lud uns beide ein, an dieser Zeremonie teilzunehmen. Wir standen also unter den schätzungsweise 40 Dorfbewohnern, die vor dem Denkmal und vor der französischen Fahne der Männer gedachten, die im Kriege pour la France gefallen waren, wie es beim Vorlesen jedes einzelnen Namens mit lauter Stimme wiederholt wurde. Und Monsieur le Maire, ein überzeugter Europäer, hielt eine kleine Ansprache, in der er die Bedeutung dieser Menschenopfer für Frankreich und Europa hervorhob und als Zeichen nicht nur für die Normalisierung des deutsch-französischen Verhältnisses, sondern für die Freundschaft zwischen den Brudervölkern unser beider Anwesenheit ausdrücklich nannte. Und ebenso selbstverständlich, wie allen unsere Teilnahme erschien, saßen wir anschließend im Bürgermeisteramt, wo man sich bei Kaffee, Kuchen und – wer wollte – Schnäpschen unterhielt, mitten unter den Menschen dieses kleinen nordfranzösischen Dorfes.

Hätte sich irgendein Mensch zwischen, sagen wir Rostock und Biarritz, 1945 eine solche Szene vorstellen können? Wir wissen es: Nein!

Und erst recht die Zeremonie am Abend zuvor in Airaines. Hätte sich irgendein Mensch 1945 in Deutschland, in Frankreich, in Europa, ja auf der ganzen Welt (ich verfalle ganz bewusst ins Pathos) vorstellen können, dass zweiundsechzig Jahre später der langjährige Bürgermeister einer kleinen hessischen Gemeinde für seine Verdienste um die deutsch-französische Freundschaft mit einer vom französischen Staatspräsidenten unterzeichneten Urkunde zum Chevalier des nationalen Verdienstordens ernannt würde? Nie und nimmer! Und doch erschien es an diesem Sommerabend vor dem weißen Zelt auf dem Sportplatz von Airaines als eine pure Selbstverständlichkeit, dass ein französischer Parlamentsabgeordneter Herrn Dünte den (auch optisch eindrucksvollen) Orden ans Revers heftete und französische Honoratioren in Reih und Glied standen, um Paul Dünte die mit seiner Arbeit zu Recht verdiente Ehre zu erweisen. Und die Bevölkerung von Airaines und die Krifteler Gäste standen fröhlich und guter Dinge dabei, spendeten Applaus und feierten anschließend bei Gegrilltem, bei Bier und Wein und Gesang und Tanz die offiziellen 25 Jahre des jumelage, mit sprachlichen Schwierigkeiten hie und da, aber so, als wenn es nie anders gewesen wäre oder hätte sein können.

Dass es so sein konnte, ist vielen Menschen zu verdanken! Ich erinnere mich, ich war damals 14 oder 15 Jahre alt, an eine Karikatur, die Robert Schuman und Konrad Adenauer vor einer großen Bombe mit der Aufschrift „Saar“ zeigte, die sie beide zu entschärfen suchten; was ja auch gelang, wie wir wissen. Auch der große Europäer Jean Monnet ist zu erwähnen, der schon 1945 an eine Integration Deutschlands in die westliche Staatengemeinschaft gedacht hatte, als andere, die erst später große Europäer werden sollten, wie zum Beispiel Charles de Gaulle, noch eine Teilung Deutschlands in viele Kleinstaaten und die dauernde Kontrolle des Ruhrgebiets propagierten. Auch Carlo Schmid vertrat in der deutschen Sozialdemokratie mit Nachdruck den europäischen Gedanken, als diese noch mehrheitlich national orientiert war.

Es ließen sich noch viele Namen großer Politiker erwähnen, aber das könnte zu der Annahme verleiten, die Erkenntnisse der großen Politik seien allmählich bis zu den sogenannten kleinen Leuten durchgesickert, die sie dann übernommen hätten. Deshalb will ich vor allem auf die vielen ‚kleinen’ Menschen hinweisen, die aus den furchtbaren Erfahrungen aus zwei Weltkriegen, die auch Bruderkriege waren, ihre Schlüsse zogen und an vielen Orten, in vielen Organisationen und Vereinigungen auf eine Aussöhnung und Freundschaft zwischen den beiden Völkern der Franzosen und der Deutschen hinarbeiteten. Ein großer Erfolg war jener Bewegung beschieden, die auf eine Begegnung der Menschen in Frankreich und Deutschland und darüber hinaus in ganz Europa hinarbeitete. Dass heute an vielen Ortseingängen in den europäischen Staaten Schilder stehen, auf denen zu lesen steht, mit welchen Städten und Gemeinden in Europa man verschwistert ist, zeigt diesen Erfolg, auch wenn manches Schild eher auf Sammeleifer, denn auf gelebte Partnerschaft schließen lässt.

Doch gibt es auch andere Gründe, die die Aussöhnung zwischen Frankreich und Deutschland ermöglicht haben.

Lassen Sie mich diese Gründe in einem historischen tour d’horizon skizzieren. Es muss bei der Skizze bleiben, denn wir werden dabei rund 1200 Jahre zurückgehen und einige Stationen etwas genauer beschreiben müssen.

In meiner wissenschaftlichen Arbeit über den Antijudaismus und Antisemitismus in deutschen Texten und den daraus erwachsenen Publikationen der letzten (rund) 35 Jahre habe ich mich vor allem auf zwei wissenschaftliche Methoden gestützt, die von französischen Gelehrten entwickelt und ausgestaltet wurden. Beide hängen eng zusammen. Ich will sie skizzieren.

Die eine geht davon aus, dass historische Ereignisse und Entwicklungen schlimmer wie guter Art zwar aktuelle Anlässe in Personen, Aktionen oder Konstellationen haben mögen, aber meist auch tiefere, den Akteuren nicht immer ganz bewusste, aber sie doch leitende Ursachen haben. Fernand Braudel, aber auch Georges Duby oder Jacques Le Goff haben dieses Phänomen l’histoire de longue durée genannt, die Geschichte von lang andauernden Vorstellungen und Entwicklungen, in denen die Menschen denken und handeln.

Eng damit verbunden ist die Erkenntnis, die schon angeklungen ist, dass nicht nur Fakten das Handeln von Menschen als Individuen oder als Glieder von Gemeinschaften bestimmen, sondern Vorstellungen und Erfahrungen, die in Geschichte, in Weltbildern und in Religionen, in Weltinterpretationen also überzeugend gedeutet werden und so handlungsanweisend wirken.

Die Geschichte unter diesen Aspekten zu sichten und darzustellen, ist nicht immer einfach, da – wie man sich denken kann – nicht ohne Weiteres herauszufinden ist, was die Menschen früherer Generationen gedacht und bedacht, was sie an Urteilen und Vorurteilen uns hinterlassen haben. Aber die Arbeit lohnt sich, denn sie gibt uns Einblick in Vorstellungswelten, die erst erklären können, was und warum etwas Geschichte wurde, deren Folgen das Leben und Handeln der Nachfahren in Übereinstimmung oder Widerspruch leiten. Beispielhaft für diese Weise, Geschichte zu verstehen, mag das Gesamtwerk des schon genannten, 2014 verstorbenen französischen Historikers Jacques Le Goff stehen.

Zurück, wie versprochen, in die Zeit Karls des Großen. Sie haben sich vielleicht gewundert, warum ich bisher immer wieder von Brudervölkern und Brudernationen, von Bruderkriegen gesprochen habe. Es ist immer wieder überraschend, wie überrascht manche Zeitgenossen reagieren, wenn man ihnen sagt, dass La France auf deutsch nichts anderes besagt als „Franken“ oder „Frankenreich“, selbst der Begriff Frankreich hat so manchen noch nie stutzen lassen. Oder wenn man ihnen bedeutet, dass Charlemagne und Karl der Große ein und dieselbe Person sind, die in beiden Nationen als einer der Väter ihres Landes wie des ganzen Abendlandes angesehen wird. Dabei braucht man sich bloß auf der Karte anzusehen, welche Länder am 25. März 1957 die Römischen Verträge unterschrieben haben, mit denen der Kern eines vereinigten Europas geschaffen wurde: Es ist, mit erstaunlich geringen Abweichungen, das Frankenreich Karls des Großen, das sich über die Jahrhunderte im Bewusstsein der Völker als eine zwar immer fernere und damit schemenhaftere, aber dennoch existierende Vorstellung vom Abendland erhalten hat. Ich werde mich heute auf die beiden Kernvölker der Franzosen und Deutschen beschränken und gleich behaupten, dass es zur Zeit Karls des Großen weder Deutsche noch Franzosen gegeben hat, allen Versuchen nationalistischer Politiker und Historiker in beiden Ländern zum Trotz. Modern gesprochen war dieses Reich ein Vielvölker-, besser Viele-Stämme-Staat, der außer dem Kernreich der Franken auch die Territorien der Sachsen, der Bayern, der Alamannen, der Provençalen, der Langobarden und einige Grenzmarken umfasste. Die Sprachen, die in ihm gesprochen wurden, waren ebenso vielfältig und niemand kann behaupten, dass die Franken im Osten dieses Reiches oder die Alamannen ‚Deutsch’ gesprochen hätten, ebenso wenig haben die Bewohner des Reiches im Westen ‚Französisch‘ gesprochen. Die Sprache, in der staatliche Handlungen angeordnet und dokumentiert wurden, war ohnehin, und das noch für lange Jahrhunderte, die lateinische, die alle Gelehrten des Abendlandes noch über ebenso lange Jahrhunderte ganz selbstverständlich benutzten. Aber bald zeigte ein Phänomen Wirkung, das in der Welt der Franken als eine Selbstverständlichkeit angesehen wurde: Nach dem Tode eines Herrschers wurde dessen Erbe normalerweise unter dessen Söhnen geteilt, als sei es ein Hofgut. Es versteht sich von selbst, dass solche Teilungen, da sie von der Anzahl der regierungsfähigen Söhne abhängig waren, zunächst sehr variable Herrschaftsbereiche mit eher zufälligen Grenzen zur Folge hatten. Als Karl der Große 814 starb, war von seinen Söhnen Pippin, Karl, Karlmann, Ludwig, Drogo und Theuderich nur noch Ludwig übrig geblieben, der, 778 in der Nähe von Poitiers geboren, das Gesamtreich erbte und als Ludwig der Fromme oder Louis le Pieux in die Geschichtsbücher einging. Als er 840 starb (in der Pfalz Ingelheim am Rhein!), waren drei regierungsfähige Söhne da, unter denen das Reich sozusagen dreispaltig aufgeteilt wurde, Karl (II.) wurde König in Westfranken, Lothar erhielt den mittleren Teil (nach ihm hat noch heute Lothringen, Lorraine den Namen!), Ludwig (II.) wurde König in Ostfranken. Erst die national orientierte Geschichtsschreibung des 19. Jahrhunderts hat ihm dann den Namen ‚Ludwig der Deutsche’ gegeben. Noch im 10. Jahrhundert wurden die beiden Teilkönige (im Fall des Bonner Vertrages von 921) als rex Francorum occidentalium und als rex francorum orientalium bezeichnet, nicht etwa als deutscher oder französischer König. Doch Herrschaften und ihre Territorien, wenn sie denn lange genug bestehen, entwickeln beharrende Kräfte und Identitätsmerkmale, die im Laufe der Zeit sich entwickelnde Unterschiede betonen und als das wirken können, was wir heute vulgärsoziologisch ‚Alleinstellungsmerkmal’ nennen. Auch im Frankenreich vollzog sich diese Entwicklung, lange Zeit wohl weitgehend unbemerkt von den Völkern selbst, auch von den politisch Handelnden, und es war lange nicht deutlich oder gar sicher, dass aus den sehr variablen Teilreichen, die je nach Lebensschicksal der Könige auch mehrfach wieder in einer Hand zusammengefasst waren, eines Tages sicher identifizierbar ‚Deutschland’ und ‚Frankreich’ werden sollten.

Doch schon aus dem 9. Jahrhundert gibt es ein Dokument, das für einen Unterschied zwischen West- und Ostfrankenreich Zeugnis gibt, der erst viel später für die Identität von Franzosen und Deutschen wirklich konstitutiv wurde. Schon zwei Jahre nach dem Tod Ludwigs des Frommen verbünden sich die beiden Könige von West- und Ostfrankenreich, Ludwig und Karl gegen ihren den Kaisertitel tragenden Bruder Lothar. Sie schließen in der ‚Silbernen Stadt’, der Civitas argentina, die in der Volkssprache schon damals Strazburg genannt wurde, den Bündnisvertrag, der, damit ihn auch die fränkischen Heere der beiden nunmehr Verbündeten verstehen konnten, vom jeweils anderen König in deren Sprache verkündet wurde. Das heißt, Ludwig sprach im westfränkischen Idiom, Karl im ostfränkischen. Da später in der Sprachgeschichte sozusagen nach ‚hinten’ geforscht wurde, steht heute in den Geschichtsbüchern, Karl habe ‚Althochdeutsch’ gesprochen, Ludwig ‚Altfranzösisch’. Doch das ist ebenso richtig wie irreführend: Ludwig sprach das damals im Volk des Westfrankenreiches übliche, stark von der spätromanischen Sprache beeinflusste Westfränkisch, aus dem später das Französische wurde, Karl sprach rheinfränkisch, eine Sprache, die nur der Übersicht halber als ‚Althochdeutsch’ bezeichnet werden kann.

Dennoch: Wir haben es bei den sogenannten „Straßburger Eiden“ mit einem frühen Beispiel der sprachlichen Auseinander- und später weitgehend getrennten Entwicklung von Französisch und Deutsch zu tun. Aber, wie gesagt, das wird erst später wirklich relevant für das Selbstverständnis von Franzosen und Deutschen. Solange Latein die das Abendland einende Sprache ist (erst im 17. Jahrhundert werden an den Universitäten erste Vorlesungen in der Volkssprache gehalten!), können Gelehrte die später so undurchdringlich scheinenden Grenzen mühelos überschreiten. Der Angelsachse Alkuin ist so etwas wie der Kultusminister Karls des Großen, John of Salisbury, der große Staatstheoretiker des 12. Jahrhunderts, dient lange Jahre dem französischen König, Anselm von Canterbury, der große Theologe des beginnenden 12. Jahrhunderts, stammt aus dem Aostatal, wäre heute also Italiener, Thomas von Aquin, der italienische Adelsspross, wird in der Mitte des 13. Jahrhunderts das Haupt der Pariser Theologenschule, sein Schüler Albert, den man bis heute Albertus Magnus nennt, ist ein deutscher Grafensohn, und noch der große, aus Pforzheim stammende Jurist und Humanist Johannes Reuchlin studiert in der Zeit um 1500 ohne Schwierigkeiten in Orléans und bereist Italien, ohne je in sprachliche Schwierigkeiten zu kommen, man spricht ja Latein.

Auch Herrscher konnte einer werden, ohne die Sprache seiner Untertanen (ganz) zu beherrschen. Niemand hat sich wegen seiner mangelnden Sprachkenntnisse aufgeregt, als nach dem Tode des Staufers Heinrich VI. der frühere Graf von York und dann Graf von Poitou in Westfrankreich, der Welfe Otto, von einigen Fürsten zum König gewählt und nach etlichen bürgerkriegsähnlichen Wirren nach dem Tode König Philipps von Schwaben 1206 tatsächlich deutscher König und römischer Kaiser wurde. Und kein Mensch hat sich darüber aufgeregt, als der Staufer Friedrich, der in Palermo aufgewachsen war und Latein sprach und Arabisch und die sizilianische Volksprache, aber kaum Deutsch, ebendiesen Otto mit Hilfe des französischen Königs besiegte und selbst (wieder) deutscher König wurde und als der berühmte Friedrich II. (in Italien: Federico il Suevo) in die Geschichte einging.

Als Kaiser Maximilian I. am Anfang des 16. Jahrhunderts seinen Tod herannahen fühlte, versuchte er auf dem Reichstag von Augsburg 1518 die Nachfolge zu regeln. Es gab zwei Bewerber um die Kaiserwürde. Der eine war König Francois I. von Frankreich, der andere König Carlos I. von Spanien. Beider Muttersprache war Französisch! Carlos hatte den einzigen Vorteil, dass er Maximilians Enkel war; aber er sprach nie richtig Deutsch (und war – wie ein penibler Historiker einmal ausgerechnet hat- ‚nur noch’ zu einem Zweiunddreißigstel deutscher Abstammung). Den Ausschlag bei den Kurfürsten gab aber weder die ‚Fremdheit’ Franz’ I. (der als Herzog von Mailand immerhin Fürst des Römischen Reiches war!), noch die Autorität Maximilians, sondern die Tatsache, dass Maximilian (und Carlos) den Kurfürsten mehr Geld und Privilegien bieten konnte, um sie auf seine Seite zu ziehen (um es vornehm auszudrücken!) als Franz I. Dass von Fremdheit, von Nationaldenken die Rede gewesen wäre, ist nicht überliefert. Es ging um Machtfragen zwischen den Dynastien der Valois und der Habsburger, aber nicht um Patriotismus oder gar Nationalismus. Aber heute gilt Carlos, der in der deutschen Form seines Namens, nämlich als Karl V. in die (zumindest deutsche) Geschichte einging, allgemein als ‚Österreicher’!

Auch die sogenannte ‚schöne’ Literatur wird bis ins 16. und 17. Jahrhundert hinein vorwiegend auf Latein geschrieben und, wenn erfolgreich, europaweit gelesen, die Poesie in den Volkssprachen, ob ‚Deutsch’, ‚Französisch’, ‚Italienisch’, hat lange und schwer gegen die Dominanz des Lateins zu kämpfen. Und es tut überhaupt nichts zur Sache, ob der Autor (in ganz seltenen Fällen: die Autorin) Deutscher oder Franzose ist; ja mancher volkssprachige Autor lässt seinem z.B. deutschen Text eine lateinische Übersetzung folgen, damit er auch im übrigen Europa gelesen werde, so geschehen etwa mit Sebastian Brants, des Straßburger Humanisten und Zensors (das schloss sich damals nicht aus!) „Narrenschiff“, der – neben den (lateinischen!) Dunkelmännerbriefen – berühmtesten europäischen Satire der frühen Neuzeit.

Aber auch, wo ‚Französisch’ oder ‚Deutsch’ geschrieben wurde, war noch lange nichts Nationales oder gar Nationalistisches zu finden. Der aus der angelsächsischen Geschichte erwachsene Artusstoff brachte es in Frankreich zur ersten Blüte, wurde nach Deutschland gebracht und erzeugt da weltberühmte Werke wie Wolframs von Eschenbach „Parzival“ nach dem (nicht erhaltenen) ‚Original’ des Chrestien von Troyes. Oder der Tristanstoff, der ebenfalls aus angelsächsischer Tradition stammt, in England zunächst auf Französisch geformt, dann von Gottfried von Straßburg am Anfang des 13. Jahrhunderts in ein Deutsch gebracht wurde, das an Eleganz erst Jahrhunderte später wieder erreicht wurde. Der Minnesang entwickelte sich aus heimischer wie französischer Tradition und ging später in die Volksliedtradition ein.

Gelegentliche Spöttereien gegen die anderssprachige Konkurrenz wie zum Beispiel in einem Spottgedicht des provenzalischen Dichters Peire Vidal wurden von einem deutschsprachigen Autor wie Walther von der Vogelweide (der um 1200 durchaus in Ungarn Konkurrent des Peire Vidal sein konnte!) ebenso spöttisch wie selbstbewusst auf- und angegriffen. Peires Angriff, deutsche Frauen und Männer seien etwas unbeholfen in höfischen Manieren kontert Walther mit den berühmt gewordenen Zeilen:

Tiusche man sint wol gezogen,

rehte als engel sint diu wip getan.

swer si schiltet, derst gar betrogen:

ich enkan sin anders niht verstan.

Tugent und reine minne,

swer die suochen wil,

der sol komen in unser lant, da ist wunne vil.

lange müeze ich leben dar inne!

Das hatte damals – ungefähr! – die Qualität des Spottes von Westdeutschen über die Sachsen, von Norddeutschen über die Schwaben. Aber die nationalen Wissenschaftler des 19. und 20. Jahrhunderts machten aus dem eher harmlosen Streit zweier Literaten einen nationalen Konflikt und aus Walthers Strophe so etwas wie das Deutschlandlied des beginnenden 13. Jahrhunderts. Doch die Verhältnisse waren noch lange nicht so.

Im 17. Jahrhundert, noch vor dem Dreißigjährigen Krieg und dann während er vor allem in den deutschsprachigen Ländern tobte, orientierten sich sehr selbstbewusste deutsche Lyriker an französischen Vorbildern und schufen Regelwerke und Dichtung, die für lange Zeit in Deutschland normgebend waren. Ich meine die großen Lyriker Martin Opitz und Andreas Gryphius. Im 18. Jahrhundert wurde die Dominanz der französischen Kultur und Sprache gerade wegen der nicht nur politischen Katastrophe dieses Krieges so groß, dass Friedrich II. von Preußen, der ein Freund des philosophischen Aufklärers Voltaire war und wohl (wie viele deutsche Adelige seiner Zeit!) besser Französisch sprach als Deutsch, sagen konnte, die deutsche Sprache sei nur geeignet für einfache Leute wie Dienstboten und Pferdeknechte. Die deutschen Dichter Klopstock, Lessing, Goethe, Schiller machten solchen Dünkel bald sehr fragwürdig. Dennoch hielt er sich in (auch bürgerlichen) ‚gehobenen’ Kreisen bis ins späte 19. Jahrhundert. Das bedeutete aber andererseits auch, dass es für die Eliten beider Nationen noch immer kulturelle Grenzen kaum gab, dass sie sich immer verstanden und rege austauschten; wobei häufig eine gewisse Dominanz Frankreichs (und Italiens) zu spüren war. Mitunter profitierte die deutsche Literatur auch direkt von Frankreich, ich erinnere nur an Louis Charles Adélaide de Chamissot de Boncourt, dessen Familie 1790 vor den Revolutionstruppen floh und in Preußen Aufnahme fand. In der deutschen Literatur ist er als Adelbert von Chamisso und Dichter von Peter Schlemihls wundersame[r] Geschichte bekannt. Und wer erinnert sich noch, dass der preußischste aller deutschen Dichter als Henri Théodore Fontane geboren und getauft wurde?

Doch so einseitig, wie es oft scheint, war der Kulturtransfer nicht.

Ich habe zu Anfang den Namen einer französischen Autorin genannt, den viele vielleicht nicht oder nur vom Hörensagen kennen mögen: Anne Germaine de Staël.

Sie war die Tochter des schweizerischen Bankiers und letzten vorrevolutionären französischen Regierungschefs Jacques Necker und – 1766 geboren – von Kind auf in der intellektuellen Oberschicht nicht nur Frankreichs beheimatet, eine genialische Frau mit vielen großen Talenten. Sie unterstützte nach 1789 zunächst die gemäßigten Revolutionäre und war beteiligt an der Ausarbeitung der ersten Verfassung von 1790. Als die Radikalen aber die Oberhand gewannen, musste sie in die Schweiz fliehen, wo sie auf dem Landgut ihrer Eltern lebte, das immer wieder ihr Refugium wurde. Sie veröffentliche als Schriftstellerin Theaterstücke, Romane, Novellen, Essays. 1796 nach Paris zurückgekehrt, entwickelte sie sich von einer glühenden Bewunderin Napoleons zu einer seiner schärfsten Kritikerinnen: Sie warf ihm – nicht zu Unrecht! – Verrat an der (gemäßigt) revolutionären Sache und diktatorische Tendenzen vor. Als Folge wurde sie bald zur persona non grata und musste immer wieder außer Landes gehen. 1803/1804 unternahm sie ihre erste, anfangs schon erwähnte Reise nach Deutschland, auf der sie bei Mainz die damalige, seit 1795 und bis zum Wiener Kongress bestehende Grenze Frankreichs zu Deutschland überschritt und in Frankfurt Station machte. Und wen traf sie da (also in Deutschland!) nicht alles – die crème de la crème derer, die wir (ich muss wohl sagen: Älteren) in der Schule als die Geistesheroen um 1800 kennen gelernt haben: Johann Wolfgang Goethe, Friedrich Schiller, Christoph Martin Wieland, August Wilhelm und Friedrich Schlegel, Johann Gottlieb Fichte, Rahel Varnhagen, Friedrich Wilhelm Schelling, vielleicht auch Achim von Arnim.

Im Jahr 1800 hatte sie eine literaturtheoretische Schrift veröffentlicht, in der sie aufrief, die Literatur aus ihren gesellschaftlichen und sonstigen äußeren Bedingungen zu verstehen, und in der sie insbesondere ihre Landsleute dazu ermunterte, nicht nur die antike, mediterrane Kultur als Vorbild zu sehen, sondern den Blick auch auf die mittelalterliche Kultur Mitteleuropas (und damit Deutschlands) zu lenken. (Wer will, mag darin eine Parallele oder sogar Folge der Goetheschen Hinwendung zum Mittelalter und zu Shakespeare vom Anfang der Siebziger Jahre des 18. Jahrhunderts erkennen). Diese Auffassung vertiefte sich bei ihren Reisen durch Deutschland (die zweite 1807/1808). Über beide Reisen verfasste sie einen Bericht: De l’Allemagne (Über Deutschland), der 1810 veröffentlicht, aber wegen seiner frankreichkritischen und deutschlandfreundlichen Haltung sofort nach Erscheinen durch die napoleonischen Behörden verboten und eingestampft wurde; auch ihr Manuskript wurde vernichtet. Doch der deutsche Romantiker August Wilhelm Schlegel, den sie im Frühjahr 1804 in Berlin kennen- und schätzen gelernt hatte (und als Hauslehrer ihrer Kinder gewonnen), hatte einen Satz der Korrekturfahnen gerettet, so dass sie es 1813 erneut drucken lassen konnte. Und nun begann es gerade im nachnapoleonischen Zeitalter Frankreichs seine Wirkung zu entfalten: Die französischen Intellektuellen und Dichter und Komponisten ließen sich in einer Weise von der deutschen Kultur, insbesondere der Romantik (und was man dafür hielt), beeinflussen, wie man es ein halbes Jahrhundert davor noch für unmöglich gehalten hätte.

Ich zähle nur aus der Musik einige Beispiele auf, da sie bekannter sein dürften als die literarischen und philosophischen. (Gerne weise ich dabei auch auf die Verdienste eines meiner Lieblingsdichter hin, der in Frankreich vor der Restauration in Deutschland Asyl gesucht und gefunden hatte, Napoleon verehrte und die französische Kultur und doch einer der ‚deutschesten’ Dichter blieb, den es gab und gibt: Heinrich Heine!)

1846 wurde Hector Berlioz’ Oper La damnation de Faust nach Goethes Faust uraufgeführt, der dann 1859 die in Deutschland berühmter gewordene Vertonung von Charles Gounod folgte. Wiederum Goethe lieferte den Stoff für Ambroise Thomas’ berühmte Oper Mignon, die 1866 in Paris uraufgeführt wurde (wir alle haben „Kennst du das Land, wo die Zitronen blüh’n“ im Ohr), Jacques Offenbachs Oper Les Contes d’Hoffmann (Hoffmanns Erzählungen nach Texten und Motiven von E.T.A. Hoffmann) wurde ein Jahr nach seinem Tod 1881 in Paris aufgeführt, und Jules Massenet bildet (wenn man das berühmte und in Sonntagskonzerten beliebte Scherzo L’Apprenti Sorcier [Der Zauberlehrling] von Paul Dukas von 1897 nicht mitzählt) mit seiner Oper über Goethes Werther, die 1892 in Wien auf Deutsch uraufgeführt wurde, dann 1893 auf Französisch in Paris, sozusagen das Schlusslicht dieser Wirkungsgeschichte des Deutschlandbuches der Madame de Staël.

Man könnte stundenlang fortfahren und Belege für den regen Kulturaustausch zwischen Deutschland und Frankreich aufzählen. Und man könnte in ein tief melancholisches Grübeln kommen, warum all dies nichts hat ausrichten können gegen die Propaganda der Nationalisten auf beiden Seiten. (Ein un-schönes Beispiel liefert wieder Carlo Schmid, wenn er vom Tag seiner Geburt [3. 12. 1896] in Perpignan „unter Trommelschall“ berichtet :

„Das meinem elterlichen Hause benachbarte Grundstück wurde von         einem pensionierten Hauptmann der französischen Kolonialarmee, einem     Bretonen namens Lecreps, bewohnt. Dieser im Waffendienst ergraute       Krieger sah überall deutsche Spione am Werk. Kein Wunder: Es war die         Zeit, da nahezu ganz Frankreich glaubte, ein Hauptmann der   französischen Armee namens Alfred Dreyfus, dessen Familie aus dem         Elsaß stammte, habe für die deutsche Botschaft in Paris spioniert. […]          Unser Nachbar beobachtete meinen guten Vater, der nie Soldat gewesen   war, auf Schritt und Tritt und fand immer neue Indizien, die seinen        Verdacht bestätigten. Eine Anzeige bei der Sureté folgte auf die andere –   freilich ohne jeden Erfolg. Der darob ergrimmte Kapitolswächter suchte    nach einem anderen Weg, Frankreich von dem deutschen Geheimagenten          zu befreien. Wenn die Polizei versagte, musste die Initiative des   patriotischen Bürgers das Notwendige möglich machen! Und er fand ein     probates Mittel: Jedesmal, wenn mein Vater sich zum Mittagsschlaf          niederlegte, schritt der Capitaine a. D. mit einer Trommel bewaffnet zum         Gartenzaun und schlug aus Leibeskräften den Generalmarsch. So geschah         es auch an jenem 3. Dezember 1896, an dem ich das Licht der Welt   erblickte. Dies ist der Grund, warum ich unter Trommelschall geboren     wurde.“

Nach dem Zweiten Weltkrieg war es vor allem die englisch und amerikanisch geprägte Kultur, die in (West-)Deutschland ihre Wirkung ausübte. Und doch darf man nicht vergessen, welchen Einfluss beispielsweise Antoine de Saint-Exupérys wunderbares Kinderbuch Le Petit Prince (Der kleine Prinz) auf deutsche Kinder (und inzwischen Erwachsene) mehrerer Generationen ausgeübt hat, welche Wirkung Albert Camus hatte, welche Jean-Paul Sartre, welche Jean Giraudoux, Jean Anouilh, Eugène Ionesco, Jean Genet, vom französischen Film, von den Chansons ganz zu schweigen.

Frankreich hat relativ lange gebraucht, bis es sich wieder der deutschen Kultur öffnete, vielleicht haben tatsächlich Daniel Cohn-Bendit, Ute Lemper und Karl Lagerfeld in dieser Hinsicht größere Verdienste als die ‚hohe’ Kultur, wie ein bekanntes Nachrichtenmagazin 2007 schrieb.

Ein großes Hindernis für den gegenseitigen Austausch ist geblieben, seitdem das Latein nicht mehr die verbindende Sprache ist und Französisch nicht mehr die dominierende: die Sprachbarriere in inzwischen allen Schichten unserer beiden Völker.

Deutsch galt und gilt in Frankreich, das seine Sprache ja ohnehin für die schönste der Welt hält, für ungeheuer kompliziert und kaum auszusprechen. Französisch galt und gilt in Deutschland, dessen Sprache sich immer mehr zum Denglisch wandelt, als ungeheuer kompliziert und kaum auszusprechen. Als im Jahr 2007 in Baden-Württemberg diskutiert wurde, ob man nicht im Grenzstreifen zu Frankreich, um die Verständigung zu erleichtern, Französisch als erste Fremdsprache einführen sollte, wurde der Vorschlag mit Recht kontrovers diskutiert. Aber die Begleittöne in Leserbriefen waren erschreckend. Man konnte den Eindruck gewinnen, Französisch sei so etwas wie eine schwere Krankheit, wenn nicht ein Folterinstrument. So schrieb eine Baden-Badnerin in einem Leserbrief: „Im ‚Kinderland’ Baden-Württemberg werden künftig sprachlich weniger begabte Gymnasiasten richtig gequält: Sie müssen Französisch als erste Fremdsprache lernen.“ (Die Dame hatte offenbar keine Vorstellung, wie schwer zum Beispiel auch Englisch wird, wenn man über das Anfangsstadium hinaus kommen will).

Ebenfalls 2007 schrieb eine bekannte Zeitung über dasselbe Thema, die beiden Völker säßen „heute verdrossen mit dem Rücken zueinander am Rhein, um dessen Ufer sie sich einmal so lebhaft von Angesicht zu Angesicht gerauft haben.“

Vielleicht kann die Verschwisterung so vieler Städte und Gemeinden dazu führen, dass die eine oder der andere im Lande Lust verspürt, die Sprache Voltaires zu lernen, aber wenn das abschreckt: Wie wär’s mit der Sprache des kleinen Prinzen?

Prof. em Dr. Winfried FREY, Kriftel

 

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , | Laisser un commentaire

LES FRERES INCOMPRIS

 Voici le texte d’une conférence donnée par le Professeur W. Frey à                                   l’occasion du 10ème anniversaire du Comité de Jumelage de Kriftel                                   (petite ville de Hesse rhénane en Allemagne, jumelée avec la commune                            d’Airaines, France, département de la Somme).  Il y présente, en une grande fresque passionnante, l’histoire de la  constitution des deux grandes nations européennes que sont  l’Allemagne et la France et de leurs relations souvent orageuses.

Conférence donnée pour le 10ème anniversaire du Comité de Jumelage

(Kriftel-Airaines) – Texte révisé en 2016 :

Un vrai Allemand ne peut souffrir le FrançoisMais son vin, il le boit avec plaisir“.

Voilà les paroles que Johann Wolfgang Goethe met dans la bouche d’un buveur dans le caveau Auerbach à Leipzig en réponse au diable qui, sous les traits de Méphistophélès, vient de lui proposer de boire un verre de vin de son choix. Rarement les paroles d’un étudiant ivrogne qui, peu de temps après, en compagnie de ses camarades d’études, dira se sentir « aussi bien dans sa peau qu’un cannibale, repu comme un porc », auront connu une telle notoriété. On en a fait une vraie référence classique, car Faust a été lu et regardé d’une façon non critique et donc le plus souvent superficielle comme l’œuvre poétique de référence en Allemagne. La subtile pointe d’ironie critique du Conseiller Goethe, magistral ici comme ailleurs, a souvent été négligée et la phrase a été comprise, surtout à partir de la fin du 19ème siècle, comme l’expression de l’âme allemande authentique. Celle-ci, occupée à la recherche d’un plaisir épicurien insouciant, a fait sienne cette vision de la relation entre Allemands et Français. « Le Français » était considéré comme l’ennemi héréditaire, et seul pouvait être un bon Allemand quiconque se gardait autant que possible de tout ce qui est mauvais, étranger et français et qui haïssait les Français.

Révolution Française et début du XIXème Siècle

Le fait qu’une formule critique ait été aussi mal comprise et ait pu devenir proverbiale s’expliquait dans un contexte particulier : Goethe, son auteur, évidemment ironique, (tous les observateurs n’étant pas prêts à le reconnaître) s’appropriait un état d’esprit répandu à la fin du 18ème et au début du 19ème siècle surtout dans la bourgeoisie cultivée et dans la noblesse, et donc largement partagé. Dans la mémoire collective, souvent manipulée par des esprits intéressés, c’est de France qu’au cours des deux siècles précédents, était venu tout le mal.

La France était le pays d’Europe qui avait tiré le plus d’avantages de la désastreuse guerre de religion ayant sévi durant trente ans et pour l’essentiel en territoire allemand. Elle était devenue une puissance de premier plan, grande, forte, y compris au plan culturel, et elle avait exploité la nouvelle situation au mieux de ses intérêts, comme le font toutes les puissances aujourd’hui encore. Sous Louis XIV, grâce à une astuce juridique (i.e. : politique de « réunion » dans la tradition des « récupérations ») et grâce à des actions militaires au cours desquelles tous les territoires allemands sur la rive gauche du Rhin, et d’autres également sur la rive droite, eurent à subir le pire, elle avait repoussé ses frontières vers l’est bien au-delà de sa frontière linguistique.

En 1789 s’était déclenché en France ce que, plus tard, la majorité des Allemands ressentira comme une révolution athée, précipitant dans une profonde crise politique, sociale et intellectuelle les pays allemands, (j’utilise cette formule imprécise car l’Empire allemand à cette date incluait évidemment les Pays de l’Autriche-Hongrie, y compris la Bohême et la Moravie). C’est de France que, suite à la Révolution, d’abord sans Napoléon puis avec lui, les armées avaient pris la route de l’est et qu’elles avaient donné le coup de grâce à ce cher « Saint Empire Romain Germanique », vieux d’environ mille ans, et qu’elles y avaient complètement bouleversé les relations de pouvoir. (Qui se souvient encore aujourd’hui en Allemagne qu’en 1803, lorsque, comme Mme de Staël, dont nous reparlerons plus loin, on entrait en Allemagne en venant de l’ouest, on franchissait la frontière par exemple à proximité de Mayence, c’est-à-dire sur le Rhin ?)

La France, au 19ème siècle, avait connu les fractures et les conflits nombreux inhérents aux périodes de bouleversements historiques ; le Second Empire sous Napoléon III était devenu une monarchie militaire autoritaire. A la suite de la Révolution et du règne de Napoléon Ier, s’était imposée une idée de l’Etat de droit qui servit de modèle à d’autres nations, y compris aux nations allemandes rassemblées dans le cadre de « la petite Allemagne ». Mais ceci ne se fit pas sans de grandes difficultés, car l’Etat de droit démocratique subit les calomnies des monarchistes de toutes sortes, puis les dénonciations des nationalistes qui le présentaient volontiers comme dégénéré, comme « le mal français » et donc comme absolument « non allemand ».

Et en raison de toutes ces expériences négatives, réelles ou présentées comme telles, (c’est toujours affaire de point de vue : les jacobins allemands et les premiers démocrates, par exemple, ne voyaient pas d’un si mauvais œil les acquis juridiques et politiques introduits en Allemagne grâce à la domination napoléonienne ou tout au moins rendus possibles par elle), donc en raison de tout cet empilement de souvenirs souvent déformés et de préjugés devenus indéracinables, on imaginait que la citation du Faust de Goethe – n’oublions pas qu’elle est mise dans la bouche d’un habitué de l’auberge qui n’est plus tout à fait à jeun – constituait un résumé authentique de la pensée du Prince des Poètes déclarant les relations franco-allemandes définitivement impossibles.

En France, on se disait avoir fait des expériences semblables avec le voisin de l’est et les voir sans cesse se répéter. Il reste que ces expériences et les jugements et préjugés qui en découlent, y apparurent de nombreuses décennies plus tard ; elles sont ainsi relativement faciles à réviser.

XIXème Siècle – Guerre de 1870 – Unification du Reich

En France par exemple, on avait ressenti les acquisitions de l’époque de Louis XIV ainsi que l’élargissement des frontières qui en est résulté au cours des deux siècles suivants, comme fort anciennes et donc comme naturelles. Au milieu du 19ème siècle, les tentatives souvent victorieuses de Napoléon III de rendre à la France son statut de grande puissance européenne (que l’on se souvienne de la guerre de Crimée et de la réussite de sa politique menée en Italie contre l’Autriche), et dans le même temps l’extension du territoire français grâce à l’acquisition de nouvelles colonies, semblaient confirmer et renforcer cette impression. Les revers des années soixante incitèrent ensuite le souverain français à jouer à son tour la carte antiallemande et à chercher le conflit avec « l’ennemi héréditaire ».

Les causes immédiates de la guerre franco-allemande de 1870/71 sont quelque peu embrouillées : il s’agissait de la succession au trône d’Espagne proposée à un prince de la famille des Hohenzollern, ce que la France, craignant une situation délicate comme au 16ème siècle, ne voulait ni ne pouvait accepter. Mais on peut dire que la France ne voulut pas éviter cette guerre et que Bismarck voulut la provoquer, grâce à la fameuse dépêche d’Ems, pour des raisons de politique intérieure et dans le but de réaliser l’unité du Reich.

Le résultat en est connu, il fut pour de nombreux Français un traumatisme à l’intérieur et à l’extérieur.

Sur le plan intérieur, parce que le passage de la Monarchie à la République ne put se réaliser qu’après de grandes confrontations trouvant leur apogée dans le soulèvement de la Commune de Paris, réprimé dans le sang par les troupes de la République. Cet évènement représenta une lourde hypothèque pour la politique intérieure qui, pendant des décennies, fut soumise à de fortes tensions.

Sur le plan extérieur, non seulement parce que la Prusse victorieuse et ses alliés du sud de l’Allemagne proclamèrent le nouveau Reich allemand dans la Galerie des Glaces à Versailles, cérémonie humiliante pour l’ensemble des Français, non seulement parce qu’ils exigèrent des vaincus la somme énorme de 5 milliards de francs de réparations, mais surtout parce que la Prusse annexa la Lorraine et l’Alsace. En y menant une politique de colonisation ressentie comme brutale et arrogante par la population, germanophone en majorité, elle réussit à rendre cette dernière étrangère à sa propre tradition et à lui faire considérer la France comme sa patrie perdue.

Ceci eut une double conséquence.

D’abord, dans le Deuxième Reich allemand ainsi créé, toute tendance démocratique radicale ou même seulement de « gauche » telle qu’elle allait bientôt s’organiser en force politique dans la social-démocratie, pouvait être stigmatisée et dénoncée comme dangereuse pour l‘Etat, par référence au soulèvement de la Commune de Paris, et en plus, comme « non allemande ». Les lois antisocialistes et les poursuites engagées à l’encontre de la social-démocratie en furent les conséquences. Elles allaient être pour longtemps la marque de la politique allemande.

L’autre conséquence est qu’au cours des quatre décennies suivantes de grande instabilité politique intérieure et extérieure en France, toutes les forces politiques françaises, par ailleurs tellement divergentes, étaient d’accord et disposées à s’engager pour reconquérir les territoires de l’Alsace et de la Lorraine annexés par l’Allemagne. On pensait en Allemagne de façon unanime que ces territoires qui avaient été allemands (ceci n’était pas faux), venaient d’être récupérés. Mais en France, comme on l’a montré, on les considérait comme français depuis toujours. Je n’ai pas besoin d’expliquer plus en détail que de telles aspirations contradictoires entre la France et l‘Allemagne cachaient un très grand nombre de conflits potentiels. Il faut noter que, sous le règne des Empereurs Hohenzollern, le 2 septembre, on célébrait tous les ans et avec beaucoup d’émotion, l’ « Anniversaire de Sedan », c’est à dire la capitulation des armées françaises en 1870 ; cette victoire avait rendu possible l’unité allemande et la supériorité allemande semblait dès lors définitive. En France par contre, dans toute ville d’une certaine importance, il y eut un sursaut de fierté nationale pour rebaptiser rue ou avenue d’Alsace-Lorraine une voie importante; ceci peut se vérifier aujourd’hui encore, car, après la 1ère Guerre Mondiale, à la suite de la reconquête de ces régions et de leurs populations plus que traumatisées par les changements successifs, les rues et les avenues gardèrent leur nom pour rappeler à la mémoire les pertes antérieures et la victoire désormais acquise.

La Première Guerre Mondiale

Et voilà, le sujet suivant est lancé : La Première Guerre Mondiale.

Selon le mot célèbre, souvent cité, du Premier Ministre anglais Lloyd George, les nations européennes auraient été plus ou moins « entraînées » dans cette guerre qui coûta des millions de vies humaines. De nombreux hommes politiques et aussi des historiens ont pu longtemps se laisser aller à utiliser ce mot. En 1958 encore, l’historien Golo Mann écrivait que le déclenchement de ce carnage « avait été pour une part quelque chose de spontané », non sans ajouter, avec une pointe d’ironie fort à propos, que tous les acteurs se croyaient dans leur bon droit, que tous se sentaient agressés et victimes et que tous trouvaient « très bien d’être agressés ». Le jeune historien Fritz Fischer, jeune par comparaison avec Golo Mann, fut longtemps contesté en raison de la thèse dans laquelle il démontre que la puissance ayant poussé au conflit est d’abord l’Empire Allemand dans sa « Marche vers la puissance mondiale ». En France comme en Allemagne, l’Alsace-Lorraine n’était pas le seul et unique enjeu, mais un enjeu tout de même car elle était devenue un symbole ; c’est ce qu’écrivait le grand philosophe Max Scheler dans un livre paru en 1915 portant le titre caractéristique : Le bon Génie de la guerre et la guerre allemande. Il écrivait, non sans une certaine arrogance euro-allemande : « Cette guerre est juste, d’abord […] parce que c’est une guerre tout à fait politique, elle n’a pas d’abord des causes économiques, comme certaines des dernières guerres coloniales, c’est une guerre pour le pouvoir au centre du monde‚ et même au centre du centre du monde, une guerre pour l’hégémonie en Europe. Elle est juste car en même temps, derrière les puissances en conflit, il y a des formes de civilisations tout à fait spécifiques et fortes qui se sont affirmées au cours de l’Histoire ».

Je vais brièvement examiner ces propos qui montrent que le conflit d’intérêts, devenu historique, et l’opposition qui en découle entre les deux pays-frères européens au 19ème et au début du 20ème siècle, ont engendré de façon artificielle un conflit pour savoir qui des deux détenait la meilleure éthique et une lutte d’ordre quasiment religieux, ceci dans les deux camps.

Je n’insisterai pas sur le fait qu’à cette époque on en avait assez de la paix, ce qui se ressentait également en littérature et dans l’art au tournant du siècle. Des jeunes gens de nombreuses nations européennes envisageaient la guerre comme une vraie délivrance. Ceci se vérifie dans les mémoires de Carl Zuckmayer, originaire de Hesse rhénane. August Macke et Franz Marc, peintres célèbres et à l’avenir prometteur, ou encore Ernst Stadler, spécialiste de l’allemand du Moyen Âge et poète, en sont des exemples suffisamment parlants. Ils sont partis volontaires et enthousiastes à la guerre, et là, très vite, ils ont laissé d’abord leurs illusions puis la vie.

La guerre fut un déchirement douloureux pour un jeune homme, né d’une mère du sud de la France et d’un père souabe qui grandit dans les deux pays et les deux cultures. Je veux me servir de l’exemple de cet homme de science et homme politique (NdT : Carlo Schmid) ayant joué dans l’histoire de l’Allemagne d’après-guerre un rôle important à l’Université de Francfort sur le Main et au niveau politique en tant que corédacteur de la Loi Fondamentale (NdT = Constitution de la République Fédérale) et dans les milieux politiques de Bonn.

Dans ses Mémoires, il écrit ceci sur la période précédant le déclenchement de la guerre :

« Dans ces années-là, l’uniforme avait un prestige qu’il ne retrouvera plus jamais en Allemagne. A la fête de fin d’année du lycée, les pères, officiers de réserve, se montraient avec tout leur harnachement rutilant, y compris la fourragère, l’épée et le casque. Dans chaque localité, il y avait une association d’anciens combattants qui, pour l’Anniversaire de Sedan, se rendaient en rang à l’église, vêtus de la redingote et du haut-de-forme, la canne et le parapluie à l’épaule comme une épée, les médailles cliquetantes sur la poitrine.

A l’école, c’est le même état d’esprit qui nous était transmis. Il était quasi impossible de ne pas adhérer au Flottenverein (NdT : initiative de l’Empereur Guillaume II pour financer la flotte de guerre) qui nous offrait tous les ans un calendrier et proposait des conférences avec projections d’où il ressortait que l’avenir de l’Allemagne se trouvait sur l’eau. […] Dans le calendrier, on pouvait lire que l’Angleterre nous contestait notre place au soleil et, dans les calendriers des Missions qui ne se présentaient pas de manière très différente, on lisait que, pour nos colonies, un indigène baptisé valait mieux que cent adorateurs des faux dieux.

Mais ceci n’était rien en comparaison de l’enthousiasme suscité par le ballon dirigeable, qui se manifestait tout particulièrement dans le pays du Comte Zeppelin, donc en Wurtemberg. […] Le Comte Zeppelin et son ballon dirigeable devinrent les symboles de la puissance créatrice allemande, capable de supplanter la loi de la gravité universelle elle-même […] ».

Ce jeune homme passa le baccalauréat au printemps 1914 et voulut descendre le Danube avec ses amis depuis Passau jusqu’à l’embouchure. L’attentat de Sarajevo du 28 juin 1914 empêcha les amis de réaliser leur projet. Certes, ils se mirent en route, d’abord pour Bamberg afin de s’y recueillir devant la cathédrale et le Cavalier Blanc, puis vers Nuremberg, la ville d’Albrecht Dürer et de Hans Sachs.

Dès Bamberg, ils virent partout des préparatifs de guerre. A Nuremberg, ils apprirent que l’Autriche-Hongrie avait déclaré la guerre à la Serbie. Ils décidèrent de rentrer. L‘auteur raconte :

« Le train pour Stuttgart était plein comme une boîte de sardines, le chaos sur le quai indescriptible : des réservistes se rendant à la caserne, des vacanciers rentrant prématurément, des étrangers en route pour l’ouest […] Il y avait un grand désordre mais pas de panique, et les soldats ne manifestaient aucune excitation et surtout aucun accablement. Ils semblaient plutôt satisfaits du changement que la nouvelle situation générait. Et puis après tout, la guerre, pourquoi pas ? Ils chantaient : « Nous aurons la victoire, nous allons battre la France ».

De la Triple-Alliance et de l’Entente Cordiale nous savions seulement que ces deux accords existaient, mais personne parmi nous n’avait la moindre idée de leurs clauses. Pourquoi donc des nations non concernées devraient-elles s’engager dans la guerre lorsque l’Autriche-Hongrie exigeait de la Serbie des garanties raisonnables et que, pour appuyer ses exigences, elle exerçait une pression militaire ? Pourquoi donc les Russes devraient-ils entrer en guerre contre l’Autriche-Hongrie pour empêcher une action contre des assassins pour lesquels le Tsar ne pouvait sûrement pas avoir la moindre sympathie ? Pourquoi les Français devraient-ils nous déclarer la guerre pour Sarajevo, et même les Britanniques ? Les Empereurs, les Rois et les Présidents ne sont pas des brutes inconscientes!

Et c’est le pire de tous les scénarios qui se produisit ».

Je ne sais pas si le bachelier qu’était Carlo Schmid avait une pensée aussi nuancée. Peut-être Carlo Schmid, l’homme politique chenu et avisé, Professeur de Sciences Politiques, a-t-il ajouté à son texte quelques-unes de ses propres réflexions. Mais sa description de la situation de l’été 1914 est certainement exacte. Et il est certainement très exact que, comme beaucoup d’autres qui n’étaient pas encore en âge d’être incorporés, il voulait être présent à cet évènement monstrueux qu’est la guerre, craignant seulement qu’elle puisse être terminée avant d’avoir pu participer aux combats. Mais dans quel camp devait-il combattre? « Né de père allemand, il était Allemand; fils d’une mère française et né en France, il était Français ». Son père le laissa libre de choisir et aurait préféré le savoir en sécurité en Suisse. Sa mère exprima un avis plus tranché, et sans doute son cœur se mit-il à battre à ce moment-là plus vite et plus fort que d’habitude :

« L’Allemagne est le pays de ton père et comme tu as accepté l’hospitalité de ce pays, c’est ta patrie, et cela aussi longtemps que tu ne l’auras pas reniée. Tu obéiras à son drapeau. La France est le pays de ta mère; une fois ta décision prise, tu devras continuer à respecter ce pays. A l’avenir, nous ne parlerons plus que français entre nous même si tu portes l’uniforme allemand ».

Carlo Schmid est devenu soldat et a survécu à la guerre. Mais les nazis l’avaient exclu de toute fonction et de toute promotion pour « manque de fiabilité philosophique et politique » !

L’idéologie et la Religion au service de la Guerre

Une assez longue digression serait nécessaire pour présenter et expliquer la propagande guerrière dans chaque camp, nous nous contenterons de quelques indications. J’ai déjà évoqué le fait que, pour de nombreux hommes politiques et intellectuels, l’enjeu de cette guerre était l’hégémonie en Europe. Mais il s’agissait aussi de plus que cela, j’y ai déjà fait allusion. En 1915 fut publié un ouvrage en plusieurs tomes dans lequel des scientifiques allemands renommés de presque toutes les spécialités universitaires approuvaient et justifiaient la guerre et les buts de la guerre. Le célèbre juriste Otto von Gierke par exemple, faisait à ses « chers compatriotes » sous le titre Guerre et Civilisation, quelques remontrances : grâce à la guerre, le peuple allemand retrouvait sa propre identité en se débarrassant de toute influence pernicieuse, c’est-à-dire : luttes intestines, aspirations républicaines, « admiration excessive de l‘étranger », admiration pour la Révolution Française, « cosmopolitisme banal », pacifisme, matérialisme, « épicurisme maladif », « frivolité et sensualité », manque de patriotisme. Remarquons au passage tout ce qui, dans cette liste, peut être attribué à l’influence de la France. Il appelle « ce sursaut merveilleux de l’âme allemande‚ un miracle formidable ». Et voilà, dit-il, que le peuple unanime se trouve réuni derrière l’Empereur et les Princes. Et poursuivant sur sa lancée, le Professeur de Droit, d’habitude si réfléchi, se met à parler avec emphase :

« Le Reichstag […] a montré qu’il est l’authentique représentant du peuple ; il a vécu son heure suprême en approuvant à l’unanimité toutes les demandes du gouvernement, les milliards de crédit et les lois d’exception. Avec ses chefs, le peuple unanime s’est dressé. Jamais encore un peuple n’a fait autant corps avec son pays, ne s’est offert avec autant de fidélité, n’a mis avec une confiance absolue son sort entre les mains de ses Princes, de l’Etat-major et de l’administration, comme vient de le faire ce peuple de près de 70 millions d’âmes ! Il n’est apparu aucune différence entre les classes, ni entre les notables et le peuple, ni entre les riches et les pauvres, ni entre les lettrés et les non-lettrés, ni entre les chefs d’entreprise et les ouvriers, ni entre les vieux et les jeunes. Pleins d’allégresse, les hommes mobilisés marchaient derrière leurs drapeaux, et pressés de participer, les non-mobilisés se présentaient spontanément pour être incorporés dans l’armée qui ne pouvait accueillir […] le grand nombre des candidats. Quiconque était trop vieux ou trop jeune ou pas assez robuste pour le métier des armes, cherchait à servir l’armée d’une autre façon et était heureux lorsqu’il réussissait à trouver une place lui donnant l’occasion de contribuer à l’œuvre immense. Et à l’instar des hommes, les femmes acquéraient une stature héroïque et cherchaient à les égaler par leur dévouement joyeux et leur enthousiasme patriotique ».

Je m’interromps ici pour aborder ce que von Gierke envisage comme la conséquence nécessaire de cet enthousiasme et de cet état d’esprit nationalistes, à savoir la victoire. Comme beaucoup de ses compatriotes, il est convaincu qu’elle sera obtenue rapidement :

« Nous voulons vaincre et nous vaincrons et, si nous restons fidèles à nous-mêmes, nous obtiendrons une victoire totale qui mettra dans nos mains le destin de l’Europe. […] La France, en décomposition interne déjà ancienne et en déchéance morale, perdra pour toujours l’envie de crier vengeance et de jeter un œil envieux sur notre frontière de l’ouest. […]

La civilisation allemande rayonnera depuis le centre de notre continent, ceci ne fait pas l’ombre d’un doute. […] Car la supériorité de la civilisation allemande en pleine force de sa jeunesse n’est que trop manifeste comparée à la civilisation vieillissante des Français ».

Les larmes versées sur la décadence des mœurs dans l’Allemagne d’avant-guerre, la bravade inconsciente et le souhait d’hégémonie de l’Allemagne ne sont pas le fait des seuls cercles scientifiques. Les Eglises elles-mêmes et leurs représentants prennent place dans la cohorte de ceux qui approuvent et justifient la guerre… Voici la complainte de l’Evêque Michael von Faulhaber : « La moralité de notre peuple se mettait à l’heure de Paris » ; il condamne la « mode féminine singée sur celle des ‘coquettes’ françaises comme tout à la fois absurde et non allemande ». Wilhelm von Keppler, Evêque de Rottenburg, déplore « les tentatives criminelles de contaminer le caractère allemand en utilisant les modèles et les modes de l’étranger, en introduisant une littérature étrangère empoisonnée, en imitant de façon indigne les sottises artistiques d‘ailleurs […] Refoulez hors de nos frontières les lettreux, les artistes, les journalistes qui, pour de l’argent, polluent le modèle allemand, polluent la morale allemande, empoisonnent l’Allemagne ». Pour quelques auteurs de l’Eglise catholique, Guillaume II devient maintenant « le Vicaire de Dieu », « il est l’interprète de la volonté de Dieu, … un prophète de confiance, un messager fidèle, une représentation aimable de la volonté de puissance divine ». Et il n’y a dès lors plus beaucoup de chemin à faire pour déclarer que la guerre contre la France est celle que mène le Ciel contre l’Enfer. Un auteur va jusqu’à proférer de manière blasphématoire : « Dieu s’est dressé de son trône, il a soulevé sa chausse étincelante et l’a posée sur la France à en faire craquer les roches. Et tout à coup s’est élevée une rumeur, très loin, à l’horizon, comme un grand fleuve : c’étaient les armées de l’Allemagne ». Et pour ce qui est de la guerre, le prêche restait souvent vague sur le fond mais n’en était pas moins facile à comprendre. En 1915, H. Wolf écrivait dans sa brochure L’heure de notre peuple :

« Oui, la domination de l’Univers par notre cher peuple allemand doit faire advenir l’Eucharistie […], et grâce à la force donnée par cette nourriture s’établira pour toujours la magnificence (Winfried Frey : allusion à celle du nouveau Reich allemand), solide et fidèle. J’ai devant les yeux une image magnifique. Je vois un Empereur, vieillard superbe aux cheveux argentés, très éprouvé mais d’une grandeur majestueuse (WF : ceci est une évocation de l’Empereur d‘Autriche François-Joseph, déjà âgé à ce moment-là), et à ses côtés un monarque robuste et bronzé dans la force de l’âge (WF : il faut voir ici Guillaume II), je les vois trôner au-dessus de leurs peuples vivant dans la félicité et entre eux deux, dans la splendeur céleste, une forme blanche aérienne, c’est le Dieu de l’Eucharistie, l’Empereur de l’Univers (WF : ceci afin de ne pas oublier que c’est la France qui est visée). Oui, si cette Triple-Alliance existe, si ces trois Empereurs commandent à leurs peuples, l’Empereur céleste et les deux souverains sur terre sous la protection du Seigneur, alors : Oui, patrie bien aimée, tu peux être rassurée, la garde sur le Rhin est sûre et fidèle ».

La représentation chrétienne d’un Dieu en trois personnes a rarement été manipulée de façon aussi éhontée !

Evidemment du côté français, il y eut des accents comparables. De la nation française qui, au niveau social et économique, n’était pas moins divisée que la nation allemande au début de la guerre, le Président Poincaré réclamait une Union sacrée du peuple qui bien sûr n’avait pas plus de consistance que la griserie unitaire en Allemagne. En avril 1915 parut en France un texte à l’édition duquel participèrent entre autres des Cardinaux et Evêques français : La Guerre Allemande et le Catholicisme. Dans ce livre était formulée l’accusation selon laquelle l’Allemagne menait cette guerre pour anéantir le catholicisme et le christianisme ; ainsi la religion était-elle mise au service de la propagande guerrière dans cette France qui, d’une façon habituelle, se veut très laïque. Bien entendu, ce texte polémique ne laissa pas sans réaction les Evêques catholiques d’Allemagne qui portèrent même plainte auprès du Pape. Ce dernier les exhorta à l’Amour et à la Paix, que pouvait-il faire de mieux? Il faut savoir que le 2ème Reich allemand, dans ses acteurs et dans ses actes postérieurs à 1871, se voulait et s’affichait comme un Empire au Protestantisme revendiqué, avec la volonté aussi de se démarquer de l’Empire des Habsbourg essentiellement catholique (la Cathédrale protestante de Berlin fut conçue pour être le pôle opposé à la Cathédrale Saint Pierre de Rome). Ce mélange de nationalisme et de protestantisme avait été la cause de tensions notables avec les catholiques du sud et de l’ouest de l’Allemagne. Ce fut le cas tout particulièrement après les lois contre les « Ultramontains », donc contre les forces à l’intérieur du Reich, dont on disait que le sentiment national ou patriotique était tiède et qu’elles prenaient leurs ordres à Rome. On ne cessait de dénoncer chez les catholiques leur sentiment national suspect et ceci, par réaction, peut expliquer au moins un peu la poussée de nationalisme dans les prêches et les écrits catholiques sur la guerre.

L’Entre-Deux-Guerres

Abrégeons!

Nous savons comment cette guerre s’est terminée. Les deux pays-frères n’en étaient désormais que d’autant plus ennemis l’un de l’autre ; ils furent secoués par de violentes crises au cours des deux décennies suivantes même si, cette fois, c’est la France victorieuse, mais tout autant affaiblie par la guerre, qui initia la politique d’occupation et de réparations, avec le même résultat que 50 ans plus tôt dans l’autre sens : ce fut inefficace sur le plan économique, erroné sur le plan politique et catastrophique au niveau moral. Car désormais les nazis représentèrent très vite la force politique importante en Allemagne et rappelant les tristes épisodes de l’occupation de la Rhénanie, ils purent reprendre à leur compte l’ancienne hostilité et l’utiliser à leurs propres fins. De la même façon, ils se servirent de la religion et de ses préjugés traditionnels, du capitalisme et de ses potentialités économiques ou de l’anticapitalisme et de ses promesses sociales.

La propagande guerrière exercée dans les deux camps résonne elle aussi encore aux oreilles des plus âgés d’entre nous et les plus jeunes l’ont sous les yeux. Les hommes se sont laissés séduire par l’antisémitisme y compris en France, ce fait y est reconnu désormais également avec ses terribles conséquences, même s’il est douloureux pour l’opinion publique française de le dire ouvertement.

Le 8 mai 1945, l’Allemagne était face aux décombres de son histoire et la France, gravement déstabilisée et plus tolérée que traitée à égalité par les alliés vainqueurs, les USA, l’Union Soviétique et la Grande Bretagne, fêtait une amère victoire sur son « ennemi héréditaire ». L’histoire commune, souvent amère, de nos deux pays-frères semblait avoir atteint le plus haut degré d’une haine insurmontable. Bien peu nombreux étaient ceux qui pouvaient imaginer de coexister, sans parler évidemment de vivre ensemble.

Celui qui, en 1945, aurait voulu expliquer aux Allemands ou aux Français ce qui plus tard allait être normal, serait, dans les deux camps, passé pour un rêveur, et ceci avec quelques raisons!

Instantané sur un Jumelage

Puisque nous célébrons aujourd’hui le 10ème anniversaire de l’Association de Jumelage Kriftel-Airaines, laissez-moi évoquer, pour servir d’exemples, deux évènements qui, pour les acteurs, sont de portée très différente mais restent d’un point de vue historique très significatifs. Ils se sont produits les 13 et 14 juillet 2007 à Airaines et à Briquemesnil-Floxicourt près d’Airaines. Celui qui, en 1945, aurait voulu en faire la prophétie aurait sans doute été envoyé en psychiatrie ou même passé à tabac.

Lors de la fête de Jumelage, ma femme et moi-même étions hébergés chez le couple de Marie-France et Jean-Jacques Stoter dont nous avions fait la connaissance l’année précédente lors de leur séjour chez nous. Monsieur Stoter est non seulement Conseiller Général du Département de la Somme, mais aussi Maire de la ville double de Briquemesnil-Floxicourt, dont il se plaît à dire qu’elle compte plus de vaches que d’habitants. Dans la matinée du 14 juillet, à l’occasion de la Fête Nationale, avait lieu une petite cérémonie au Monument aux Morts de la commune. Monsieur Stoter nous invita tous les deux à y participer. Nous faisions donc partie du groupe des quelque 40 citoyens réunis devant le monument et le drapeau français pour faire mémoire des hommes morts à la guerre pour la France dont tous les noms furent lus à haute voix les uns après les autres. Et, en européen convaincu, Monsieur le Maire prit brièvement la parole pour souligner le sens du sacrifice de ces hommes, pour la France et pour l’Europe et signala notre présence comme le signe de la normalisation des relations franco-allemandes tout autant que de l’amitié entre nos deux pays-frères. Et de même que notre présence semblait aller de soi pour toutes les personnes présentes, nous retrouvions ensuite à la Mairie les gens de ce petit village du nord de la France pour parler autour d’un café, d’un gâteau et d’un verre d’eau-de-vie pour les amateurs.

En 1945, une personne habitant un espace compris entre Rostock et Biarritz, aurait-elle pu imaginer une telle scène? Nous savons que la réponse est non!

Et pas plus la cérémonie de la veille au soir à Airaines.

En 1945, en Allemagne, en France, en Europe et même dans le monde entier (voilà que je cède à la grandiloquence), quelqu’un aurait-il pu imaginer que 62 ans plus tard, le Maire d’une petite commune de Hesse, après de nombreux mandats, serait élevé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur, distinction signée par le Président de la République au titre des services rendus pour l’amitié franco-allemande ? Jamais, au grand jamais! Et pourtant, en ce soir d’été, devant la tente blanche plantée sur le terrain de sports d’Airaines, il semblait normal qu’un député français accroche la médaille, impressionnante elle aussi, au revers de la veste de Monsieur Dünte et que les officiels français soient à la parade pour lui rendre un hommage mérité pour son action. Et la population d’Airaines ainsi que les visiteurs de Kriftel y assistaient dans la gaieté et la bonne humeur, applaudissaient et fêtaient ensuite les 25 ans du jumelage avec des grillades, de la bière et du vin, des chansons et un bal, non sans quelques difficultés linguistiques bien sûr, mais comme si cela s’était toujours passé ainsi ou que cela ne pourrait pas se passer autrement.

Les acteurs de la Réconciliation

Il y a bien des gens à qui l’on doit que les choses se soient passées de cette façon! Je me souviens d’une caricature, j’avais alors 14 ou 15 ans, qui montrait Robert Schuman et Konrad Adenauer debout devant une énorme bombe portant l’inscription « Sarre » et tentant de la désamorcer ; nous savons qu’ils y parvinrent. Il faut aussi évoquer le grand Européen que fut Jean Monnet qui, dès 1945, avait eu l’idée d’intégrer l’Allemagne dans la communauté des états occidentaux alors que d’autres, qui allaient bien après se révéler de grands Européens, Charles de Gaulle par exemple, plaidaient pour une division de l’Allemagne en de nombreux petits états et pour le contrôle permanent de la Ruhr. Carlo Schmid, lui aussi, défendit, chez les socio-démocrates allemands, l’idée européenne quand majoritairement, ils étaient encore pour l’option nationale.

On pourrait citer encore le nom de beaucoup de grands hommes politiques, mais ceci pourrait inciter à croire que ce sont les idées émises dans les milieux politiques qui se seraient frayé un chemin jusqu’aux petites gens qui eux, les auraient alors adoptées. C’est pour cela que je veux porter le regard surtout sur le grand nombre de ces « petites gens » qui ont tiré les leçons des terribles évènements vécus pendant les deux guerres mondiales, ces guerres fratricides, et qui, dans de nombreux endroits, dans des organisations et associations multiples, ont travaillé à la réconciliation et à l’amitié entre les deux peuples français et allemand. Ce mouvement qui a œuvré pour la rencontre des Hommes en France et en Allemagne et au-delà dans toute l’Europe, a connu un énorme succès. La preuve en est la présence, à l’entrée de nombreuses localités d’Europe, de panneaux portant la liste des villes et communes jumelles d’Europe, même s’il faut voir sur certains de ces panneaux la volonté de faire nombre plus que la vitalité d’un jumelage.

Méthode

Mais d’autres raisons encore ont rendu possible la réconciliation entre la France et l‘Allemagne.

Permettez-moi de les esquisser dans un tour d’horizon historique. Il ne pourra s’agir que d’une évocation rapide, car nous allons devoir revenir environ 1200 ans en arrière et approfondir un peu certaines étapes.

Au cours de mes travaux universitaires sur l’antijudaïsme et l’antisémitisme dans les textes allemands et les publications qui s’y rapportent, parues au cours des 35 dernières années, je me suis appuyé surtout sur deux méthodes scientifiques, élaborées et mises au point par deux intellectuels français. Ces deux méthodes sont étroitement liées. Je veux vous les présenter succinctement.

L’une d’elles part du fait que les évènements et les évolutions historiques, qu’ils soient néfastes ou bénéfiques, trouvent certes leur origine immédiate dans des êtres, des actions ou des circonstances, mais qu’ils ont également le plus souvent des causes plus profondes, pas toujours présentes à l’esprit des acteurs et pourtant déterminantes. Fernand Braudel, et également Georges Duby ou Jacques Le Goff ont appelé ce phénomène l’histoire de longue durée, c’est à dire l’histoire des idées et des expériences vécues sur une longue période qui sont la base de la pensée et de l’action des hommes.

Ceci est intimement lié au constat, déjà annoncé de façon allusive, que ce ne sont pas seulement les faits qui déterminent l’action des Hommes en tant qu’individus ou êtres socialisés, mais aussi les représentations et les expériences traduites de façon affirmée dans l’histoire, dans les représentations du monde, dans les religions, donc dans les interprétations du monde, et qui de cette manière agissent comme guides pour l’action.

Il n’est pas toujours aisé de penser et de décrire l’histoire de cette façon-là, car, comme on peut facilement l’imaginer, il n’est pas évident de découvrir quels étaient les pensées et les doutes des Hommes des générations antérieures, quels jugements et quels préjugés ils nous ont légués. Mais ce travail est très utile, car il nous permet d’entrer dans les mondes imaginaires permettant seuls d’expliquer quel évènement est devenu historique, et pourquoi lui, alors que ses conséquences déterminent la vie et les actes des générations suivantes à être en harmonie ou en contradiction. Cette façon de comprendre l’histoire est illustrée, de façon exemplaire, par l’œuvre de l’historien français déjà cité, Jacques Le Goff, décédé en 2014.

Charlemagne

Revenons comme promis à l’époque de Charlemagne. Vous avez peut-être été étonnés de m’entendre parler à de nombreuses reprises de peuples frères, de pays-frères, de guerres fratricides. Il est toujours étonnant de constater la réaction de surprise de certains contemporains lorsqu’on leur dit que le mot France en allemand ne dit rien d’autre que « Franken » (Franconie) ou « Frankenreich » (Royaume des Francs), la notion même de France ne leur ayant jamais posé la moindre question jusqu’alors. Ou encore, quand on leur explique que Charlemagne et Karl der Große sont une seule et même personne, considérée dans chacun des deux pays comme l’un des pères de la nation et même de tout l’Occident. Pourtant, il suffit de regarder sur une carte quels pays ont signé les Traités de Rome le 25 mars 1957 et créé ainsi le noyau de l’Europe Unie. Aussi surprenant que cela puisse paraître, son tracé est fort peu différent de celui du Royaume des Francs de Charlemagne, resté à travers les siècles dans la conscience des peuples comme une représentation de l’Occident, certes de plus en plus lointaine et donc vague, mais tout à fait réelle. Je vais me limiter aujourd’hui aux deux peuples centraux, français et allemand et préciser qu’à l’époque de Charlemagne, il n’y avait ni Français ni Allemands, en dépit des tentatives de certains hommes politiques et historiens nationalistes des deux pays. En langage moderne, l’Empire était composé de nombreuses ethnies ou mieux de nombreuses tribus et au-delà de l’Empire des Francs, sa partie centrale, il englobait aussi les territoires des Saxons, des Bavarois, des Alamans, des Provençaux, des Lombards et quelques marches frontalières. Les langues qui y étaient parlées étaient tout aussi variées, et personne ne peut affirmer que les Francs vivant à l’est de cet empire ou encore les Alamans auraient parlé « allemand » ; les habitants de l’ouest de l’empire ne parlaient pas, eux non plus, le « français ». La langue servant à l’établissement et à la conservation des actes officiels était de toute façon et serait pour de nombreux siècles encore, le latin, que tous les érudits d’Occident utilisèrent de façon toute naturelle pendant toute cette période.

Bientôt pourtant une règle naturelle en usage dans le monde des Francs eut un effet sur le cours des évènements : à la mort d’un souverain, son héritage était habituellement partagé entre ses fils, comme une simple ferme. On comprend facilement que de tels partages, qui dépendaient du nombre des fils susceptibles de gouverner, entraînaient la formation de domaines de taille variable dans des limites plutôt fortuites. Lorsque Charlemagne mourut en 814, parmi ses fils Pépin, Charles, Carloman, Louis, Drogon et Théodoric, seul Louis était encore en vie. Il était né en 778 dans les environs de Poitiers; il hérita du Reich dans sa totalité et entra dans les livres d’histoire sous le nom de Ludwig der Fromme / Louis le Pieux. A sa mort en 840 (à Ingelheim sur le Rhin, Palatinat), trois fils étaient en mesure de régner et l’Empire fut donc partagé en trois. Charles II devint roi de Francie occidentale, Lothaire obtint la partie centrale, c’est lui qui a donné son nom à la Lorraine (= Lothringen) et Louis II devint roi de Francie orientale. Ce n’est que l’historiographie de tendance nationale du 19ème siècle qui lui a donné le nom de « Louis le Germanique ». Au 10ème siècle encore, à l’occasion du traité de Bonn de 921, les deux rois sont désignés comme rex Francorum occidentalium (roi des Francs de l’ouest) et rex Francorum orientalium (roi des Francs de l’est), et non pas par exemple comme roi des Français ou roi des Allemands. Mais autour des souverains et de leurs territoires établis durablement, se développent des caractères permanents et des facteurs identitaires qui accentuent au fil du temps les différences apparues et peuvent être ressentis comme ce qu’on appelle aujourd’hui en sociologie commune une « marque d’identité propre ». Cette évolution se produisit dans l’Empire franc aussi, même si pendant longtemps les peuples eux-mêmes n’en eurent pas conscience, ni non plus les acteurs politiques. Pendant longtemps, il n’était ni prévisible ni évident que des parties variables d’Empire, qui, en fonction de la destinée des rois, se retrouvèrent à plusieurs reprises à nouveau réunies, allaient devenir un jour de façon identifiée l’Allemagne et la France.

Pourtant, il y a un document du 9ème siècle qui porte témoignage de la différence entre le royaume des Francs de l’ouest et celui des Francs de l’est, différence qui se révélera cependant beaucoup plus tard constitutive de l’identité des Français et des Allemands. Pas plus de deux ans après la mort de Louis le Pieux, les rois des deux royaumes francs de l’est et de l’ouest, Louis et Charles, s’allient contre leur frère Lothaire qui est l’Empereur en titre. Dans la ville d’argent, la Civitas argentina, appelée déjà Strazburc dans la langue des Francs de l’est, ils signent un traité d’alliance. Pour que chacune des deux armées des deux royaumes membres de l’Empire, réunies à Strasbourg soit assurée de bien comprendre le texte des Serments, le Roi des Francs de l’ouest, donc Charles, prononça le Serment en franconien de l’est et Louis, le Roi des Francs de l’est le fit en franconien de l’ouest. Etant donné que par la suite les historiens des langues ont réalisé leurs recherches en remontant dans le passé, on peut lire aujourd’hui dans les livres d’histoire que Charles avait prononcé le Serment à Strasbourg en « ancien haut allemand » et Louis en « vieux français ». Pourtant cette affirmation est trompeuse : Louis utilisait le francique occidental en usage à cette époque dans le royaume franc de l’ouest, fortement influencé par la langue romane tardive et qui, en passant par quelques étapes intermédiaires, donnera naissance au français. Charles utilisait le francique rhénan, langue que, par méthode, on peut appeler « ancien haut allemand ».

Il reste que, dans ce qu’on a appelé les « Serments de Strasbourg », il s’agit d’un exemple précoce de la différenciation linguistique qui entraînera par la suite une évolution séparée du français et de l‘allemand. Mais comme nous l’avons dit, ce n’est que plus tard que cette différenciation devint pertinente pour l’identité respective des Allemands et des Français. Aussi longtemps que la langue latine unifie l’occident – car ce n’est qu’au 17ème siècle que seront donnés dans les universités les premiers cours dans la langue du peuple – les élites intellectuelles peuvent passer sans la moindre difficulté ces frontières qui plus tard sembleront vraiment infranchissables. L’Anglo-saxon Alkuin est en quelque sorte le ministre des Affaires Culturelles de Charlemagne, John of Salisbury, le grand théoricien politique du 12ème siècle, est au service du roi de France, Anselm von Canterbury, le grand théologien du début du 12ème siècle, est originaire du Val d’Aoste, il serait donc aujourd’hui Italien, Thomas d’Aquin, descendant de famille italienne noble prend la tête du Grand Séminaire de Paris au milieu du 13ème siècle, son élève, Albert, que l’on appelle encore de nos jours Albert le Grand, est le fils d’un Comte allemand, et le grand juriste et humaniste originaire de Pforzheim lui-même, Johannes Reuchlin, fait ses études vers 1500 sans problème à Orléans et parcourt l’Italie sans jamais avoir la moindre difficulté de langue, en effet on parle latin.

Au fil des Siècles

On pouvait même devenir souverain sans maîtriser tout à fait la langue de ses sujets. Personne ne s’est ému de l’insuffisance des connaissances linguistiques de l’ancien Comte de York, devenu Comte de Poitou à l’ouest de la France, le guelfe Otton qui, suite au décès du Staufer Henri IV, fut élu roi par quelques princes et après des troubles aux allures de guerre civile consécutifs à la mort du roi Philippe de Souabe, devint effectivement Roi d’Allemagne et Empereur romain. Et personne ne s’est ému le jour où le Staufer Frédéric, élevé à Palerme (il parlait le latin, l’arabe et le sicilien populaire mais quasiment pas l’allemand) fut victorieux de ce même Otton grâce à l’aide du Roi de France et qu’il retrouva son trône de Roi et entra dans l’histoire sous le nom célèbre de Frédéric II (en italien Federico il Suevo).

Lorsque, au début du 16ème siècle, l’Empereur Maximilien sentit sa mort prochaine, il tenta de régler sa succession devant la Diète d’Empire à Augsbourg en 1518. Il y avait deux candidats à la dignité impériale. L’un était François Ier, Roi de France, et l’autre le Roi Charles Ier d’Espagne. Le français était la langue maternelle de chacun d’eux. Le seul avantage de Charles était d’être le petit-fils de Maximilien ; mais il ne parla jamais bien l’allemand et, un jour, un historien pinailleur fit le calcul qu’il n’était de descendance allemande que pour un trente-deuxième. Ce qui emporta la décision des Princes Electeurs, ce n’est ni que François Ier ne soit pas du sérail – en tant que duc de Milan, il était bien Prince de l’Empire romain – ni l’autorité de Maximilien, mais le fait que Maximilien, et Charles avec lui, pouvait accorder aux Princes plus d’argent et de privilèges pour les attirer dans son camp que François Ier. Il n’est pas attesté qu’on ait voulu écarter l’étranger, qu’on ait eu un réflexe national. Il s’agissait d’un rapport de puissance entre les dynasties des Valois et des Habsbourg, et non de patriotisme et encore moins de nationalisme. Et aujourd‘hui, ce Carlos/Charles, entré au moins dans l’histoire allemande sous son nom allemand de Charles V (NdT : Charles Quint pour les Français), est considéré d’une façon générale comme Autrichien !

La « belle » littérature elle-même s’écrit, jusqu’aux 16ème et 17ème siècles, pour l’essentiel, en latin, et quand elle a de l’audience, on la lit dans toute l’Europe. La poésie rédigée dans les langues populaires, que ce soit l’allemand, le français ou l’italien, doit mener un combat long et difficile contre le latin. Et peu importe que l’auteur, (c’est rarement une femme) soit Allemand ou Français ; ceux qui écrivent en langue populaire font suivre leur texte d’une traduction en latin pour pouvoir être lus également dans le reste de l’Europe. C’est le cas par exemple de l’œuvre de Sébastien Brant, humaniste et censeur de Strasbourg, à l’époque ces deux termes n’étaient pas contradictoires, Le bateau des fous, qui est la plus célèbre satire européenne du début de l’Epoque Moderne, contemporaine des Lettres des hommes de l’ombre, rédigées en latin.

Même quand on écrivait en « français » ou en « allemand », il n’y avait pas de connotation ni nationale, ni nationaliste. La légende d’Arthur, issue de l’histoire anglo-saxonne, connut en France ses premières diffusions, elle fut introduite en Allemagne et y donna naissance à des œuvres mondialement connues comme le Parsifal de Wolfram von Eschenbach, variante de l’original non conservé de Chrétien de Troyes. Ou encore la Légende de Tristan : venue elle aussi de la tradition anglo-saxonne et mise en forme en Angleterre en langue française, elle fut transcrite au début du 13ème siècle par Gottfried de Strasbourg en un allemand dont l’élégance ne sera pas égalée avant plusieurs siècles. L’amour courtois prit son essor à partir des traditions d’ici et de France, avant de pénétrer ensuite la tradition de la chanson populaire.

Des moqueries occasionnelles envers des concurrents d’une autre langue, comme par exemple dans un poème satirique de l’auteur provençal Peire Vidal, furent relevées et attaquées, dans un même esprit de moquerie et avec beaucoup d’assurance, par un auteur de langue allemande tel que Walther von der Vogelweide. Il est possible que vers l’an 1200, celui-ci ait été le concurrent de Peire Vidal en Hongrie. La critique de Peire, selon lequel les Allemands et les Allemandes seraient un peu gauches en manières courtoises, est réfutée par Walther dans les vers suivants devenus célèbres :

 

En Allemagne, les hommes sont bien élevés

Les femmes sont des anges, absolument.

Quiconque en dit du mal est dans l’erreur

Je ne peux pas voir les choses autrement

La vertu et l’amour pur,

Celui qui les cherche

Doit venir dans notre pays, le bonheur y règne,

J’y voudrais vivre longtemps!

 

A peu de chose près, on retrouve là, à cette époque, le niveau des moqueries des Allemands de l’ouest aujourd’hui envers les habitants de la Saxe, celui des Allemands du nord à propos des Souabes. Les spécialistes nationaux des 19ème et 20ème siècles transformèrent cette dispute, plutôt anodine entre deux hommes de lettres, en un conflit national et, de cette poésie de Walther, ils firent une sorte de Deutschlandlied (NdT : Hymne national allemand) du début du 13ème siècle. Mais les circonstances ne justifient pas cette affirmation.

Au 17ème siècle, dès avant la guerre de Trente Ans et tandis que cette dernière faisait rage, essentiellement dans les régions de langue allemande, des poètes allemands confirmés prenaient leurs collègues français pour modèles; ils élaboraient des codes et écrivaient de la poésie qui servirent de norme pendant longtemps en Allemagne. Je pense aux grands poètes Martin Opitz et Andreas Gryphius. Au 18ème siècle, la domination de la culture et de la langue françaises, à cause précisément des conséquences catastrophiques de cette guerre y compris au-delà du terrain politique, fut telle que Frédéric II de Prusse – qui était l’ami du philosophe des Lumières Voltaire et parlait sans doute mieux le français que l’allemand, comme de nombreux nobles de son époque – pouvait dire que la langue allemande n’était bonne que pour les domestiques et les valets d’écurie. Les auteurs allemands Klopstock, Lessing, Goethe, Schiller discutèrent ces propos pleins de suffisance. Malgré cela, ils se maintinrent dans les cercles des élites, même bourgeoises, jusqu’à la fin du 19ème siècle. Ceci voulait dire en même temps que, pour les élites de nos deux nations, il y avait très peu de frontières culturelles, qu’elles continuaient à se comprendre et à échanger de façon intense; cependant, c’étaient plutôt la France et l’Italie qui étaient avantagées. A l’occasion, la littérature allemande tirait profit elle aussi directement de la France; rappelons-nous Louis Charles Adélaïde de Chamissot de Boncourt, dont la famille s’enfuit devant les troupes révolutionnaires et trouva refuge en Prusse. Dans la littérature allemande, il est connu sous le nom d’Adalbert von Chamisso et comme auteur de Peter Schlemihls wundersame Geschichte (L’étrange histoire de Peter Schlemihl). Et qui sait encore aujourd’hui que le plus prussien de tous les auteurs allemands est né et a été baptisé sous le nom d’Henri Théodore Fontane?

Pourtant le transfert interculturel n’a pas été aussi unilatéral qu’il apparaît souvent.

Germaine de Staël

Au début de mon exposé, j’ai cité le nom d’une auteure française que beaucoup ne connaissent peut-être pas ou seulement par ouï-dire, il s’agit d’Anne Germaine de Staël.

C’était la fille de Jacques Necker, banquier suisse et dernier chef du gouvernement français avant la révolution. Née en 1766, elle évolua dès son enfance dans les cercles intellectuels français et étrangers. C’était une femme géniale, pourvue de beaucoup de réels talents. Après 1789, elle commença par accorder son soutien aux révolutionnaires modérés et participa à l’élaboration de la 1ère Constitution de 1790. Mais lorsque les radicaux prirent le dessus, elle fut contrainte de se réfugier en Suisse où elle vécut dans la propriété de ses parents et où elle se réfugia à de nombreuses reprises. En tant qu’écrivaine, elle publia des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des essais. Revenue à Paris en 1796 et après avoir été une ardente admiratrice de Napoléon, elle se fit l’une de ses critiques les plus virulentes : elle lui reprochait, non sans raison, d’avoir trahi la cause révolutionnaire modérée et d’avoir des tendances dictatoriales. En conséquence, elle fut rapidement désignée persona non grata et contrainte à de nombreuses reprises de quitter le territoire. En 1803/1804, elle entreprit son premier voyage en Allemagne, évoqué en début d’exposé, au cours duquel elle franchit près de Mayence la frontière de l’époque entre la France et l’Allemagne. La frontière eut ce tracé à partir de 1795 et jusqu’au Congrès de Vienne. Mme de Staël fit étape à Francfort et qui ne rencontra-t-elle pas en ce lieu, en Allemagne donc ? : la crème de la crème, l’élite de ceux que nous, je veux dire les plus anciens parmi nous ici, avons approchés à l’école pour être les maîtres de la pensée dans les années 1800 : Johann Wolfgang Goethe, Friedrich Schiller, Christoph Martin Wieland, August Wilhelm et Friedrich Schlegel, Johann Gottlieb Fichte, Rahel Varnhagen, Friedrich Wilhelm Schelling, peut-être même Achim von Arnim.

En 1800, elle avait publié un ouvrage de théorie littéraire où elle appelait à comprendre la littérature dans son environnement social et externe, et où elle engageait d’abord ses compatriotes à ne pas prendre comme seul et unique modèle la culture antique, méditerranéenne, mais à porter leurs regards aussi sur la culture médiévale de l’Europe Centrale et donc celle de l‘Allemagne. Il est possible de faire le parallèle et même de voir là une conséquence de l’intérêt que Goethe, au début des années 1770, portait au Moyen Âge et à Shakespeare. Elle approfondit cette conception lors de ses voyages en Allemagne, le 2ème ayant eu lieu en 1807/1808. Sur ces deux voyages, elle rédigea un compte-rendu (De l’Allemagne = Über Deutschland), publié en 1810 qui, du fait de ses critiques à l’égard de la France et de sa germanophilie, fut interdit dès sa parution par les autorités napoléoniennes et mis au pilon; le manuscrit lui-même fut détruit. Mais l’écrivain romantique allemand August Wilhelm Schlegel, dont elle avait fait la connaissance et apprécié les qualités au printemps 1804 à Berlin et qu’elle avait engagé comme précepteur pour ses enfants, avait sauvé un exemplaire des épreuves, si bien qu’elle put en faire faire une nouvelle édition en 1813. Et alors le texte commença à avoir un écho en France dans la période postnapoléonienne: les intellectuels, les poètes, les compositeurs français reçurent l’influence de la culture allemande, en particulier celle du romantisme, et ceci avec une ampleur impensable 50 ans plus tôt.

Je vais énumérer seulement quelques exemples tirés de la musique, car ils sont sans doute mieux connus que ceux de la littérature ou de la philosophie. J’en profite aussi pour rappeler ce que nous devons à l’un de mes poètes préférés qui avait cherché et trouvé asile en France avant la restauration en Allemagne. Il admirait Napoléon et la culture française et n’en reste pas moins l’un des poètes les plus allemands d’hier et d’aujourd’hui, je veux parler de Heinrich Heine.

En 1846, eut lieu la première de l’opéra de Hector Berlioz La damnation de Faust d’après le Faust de Goethe. Ensuite vint en 1859 la mise en musique de Charles Gounod, qui, en Allemagne, acquit une plus grande notoriété. C’est à nouveau Goethe qui livra le matériau du célèbre opéra d‘Ambroise Thomas Mignon, dont la première eut lieu en 1866 à Paris (nous avons tous en tête la mélodie « Connais-tu le pays où fleurit l’oranger ? »). L’opéra de Jacques Offenbach Les Contes d’Hoffmann (Hoffmanns Erzählungen) fut joué à Paris un an après sa mort en 1881. Mis à part le scherzo de Paul Ducas (1897), L’Apprenti Sorcier, célèbre et apprécié des concerts du dimanche, c’est Jules Massenet qui représente le dernier maillon du réseau de ceux qui ont été influencés par le livre de Madame de Staël. Son opéra sur le Werther de Goethe, dont la première fut jouée en allemand à Vienne en 1892, puis en français à Paris en 1893 est la dernière œuvre influencée par le livre De l’Allemagne de Mme de Staël.

En guise de conclusion

On pourrait continuer pendant des heures à faire la liste des preuves de cet intense échange culturel entre la France et l‘Allemagne. Et on pourrait se demander avec mélancolie pourquoi tout cela n’a pas pu agir contre la propagande des nationalistes des deux camps. Carlo Schmid nous en donne à nouveau un méchant exemple lorsqu’il raconte le jour de sa naissance (03/12/1896), à Perpignan, « au son du tambour » :

« Le terrain voisin de la maison de mes parents était occupé par un    capitaine de l’armée coloniale française en retraite, un Breton nommé       Lecreps. Ce soldat, vieilli sous l’uniforme, voyait partout des espions          allemands à l’œuvre. Ceci n’est pas étonnant, car c’était l’époque où        quasiment tous les Français croyaient qu’un capitaine de l’Armée        Française du nom d’Alfred Dreyfus, issu d’une famille alsacienne, avait          travaillé comme espion pour l’Ambassade d’Allemagne à Paris.[…] Notre        voisin          observait mon brave père qui n’avait jamais été soldat, dans toutes    ses allées et venues, et trouvait toujours de nouveaux indices pour          confirmer ses soupçons. Ses dépositions à la gendarmerie se succédaient,   bien évidemment sans résultat. Notre gardien du Capitole, très fâché de la   chose, chercha une autre façon de libérer la France de cet agent secret       allemand. La police ne faisait pas son      travail, il fallait donc qu’à l’initiative         d’un citoyen patriote, le nécessaire fût rendu possible ! Et il trouva un          moyen efficace : à chaque fois que mon père s’allongeait pour faire sa         sieste, le capitaine à la retraite venait à la clôture du jardin armé d’un         tambour et, de toutes ses forces, il battait le rappel général. C’est ce qui   se produisit aussi le 3 décembre 1896, lorsque je vis le jour. C’est la raison pour laquelle je suis né ‘au son du tambour’ ».

Après la Seconde Guerre Mondiale, c’est surtout la culture de type anglais et américain qui influença l’Allemagne (de l’Ouest). Et pourtant on ne doit pas oublier par exemple l’influence qu’a exercée le superbe livre pour enfants de Antoine de Saint Exupéry Le Petit Prince (Der kleine Prinz) sur les enfants de plusieurs générations d’Allemands, devenus adultes depuis, celle d’Albert Camus, de Jean-Paul Sartre, de Jean Giraudoux, de Jean Anouilh, d’Eugène Ionesco, de Jean Genet, celle du cinéma français, sans parler de la chanson.

Il a fallu un certain temps à la France pour s’ouvrir à nouveau à la culture allemande, peut-être des gens comme Daniel Cohn-Bendit, Ute Lemper et Karl Lagerfeld ont-ils fait plus dans ce domaine que la « grande » culture comme l’écrivit un magazine connu en 2007.

Un grand handicap subsiste dans les échanges depuis que le latin n’est plus la langue de liaison et que le français n’est plus la langue dominante, c’est la barrière linguistique qui sépare nos deux peuples à tous les niveaux.

En France, pays qui voit sa langue comme la plus belle du monde, l’allemand était et reste considéré comme extrêmement compliqué et impossible à prononcer. En Allemagne, pays dont la langue subit de plus en plus l’influence de l’anglais, le français était et reste considéré comme extrêmement compliqué et impossible à prononcer. Lorsque en Bade-Wurtemberg en 2007 fut lancée la discussion de savoir si, pour améliorer la communication, on installerait le français comme 1ère langue étrangère dans la zone frontalière, il y eut à juste titre un débat public. Mais les sous-entendus des lettres des lecteurs étaient terrifiants. On pouvait avoir l’impression que le français était une sorte de maladie grave, voire même un instrument de torture. Ainsi une habitante de Baden-Baden écrivit-elle dans un courrier des lecteurs: « En Bade-Wurtemberg, où l’on est plein d’égards pour les enfants, les lycéens moins doués en langue seront mis à la torture : ils seront contraints de prendre le français comme 1ère langue étrangère ». La dame semblait ne pas savoir qu’il n’y a pas moins de difficulté à apprendre l’anglais quand on veut dépasser le premier niveau d’apprentissage…

C’est également en 2007 qu’un journal connu écrivit à ce même propos que nos deux peuples aujourd’hui « se boudent et se tournent le dos, chacun de son côté de ce Rhin dont autrefois ils se sont disputé les rives avec tant de vigueur en se regardant les yeux dans les yeux ».

Peut-être les jumelages de tant de villes et de communes peuvent-ils inciter les uns ou les autres dans notre pays à apprendre la langue de Voltaire, et ceux qui redoutent la difficulté, que diraient-ils de la langue du Petit Prince ?

Dr. Winfried FREY

 

traduction : Daniel Priou

les intertitres sont du traducteur

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

L’UE lutte pour repousser le populisme avant les élections de 2019

À moins de deux ans des prochaines élections européennes, le président du Parlement Antonio Tajani, a établi les priorités de campagne pour repousser l’euroscepticisme et le populisme et encourager les gens à se rendre aux urnes. S’exprimant devant des experts des affaires publiques lors d’un événement EPC à Bruxelles, Antonio Tajani a affirmé que la migration, le terrorisme et le chômage chez les jeunes étaient les trois principaux défis auxquels l’Europe devait trouver des solutions avant les élections de juin 2019 afin de contrer la pression populiste.

En mettant l’accent sur le budget européen et la responsabilité politique, le président a insisté sur la nécessité d’allouer assez de fonds pour montrer aux citoyens européens que l’Europe est capable de résoudre des problèmes et faire la différence.

Budget plus inclusif

« Le budget est une stratégie politique », a-t-il déclaré, rappelant qu’il est nécessaire d’organiser un véritable débat pour le prochain Cadre financier pluriannuel, notamment pour atténuer les pertes financières qui découleront du Brexit.

Le Royaume-Uni étant l’un des principaux contributeurs au budget européen, sa sortie de l’UE pourrait en effet créer un déficit financier dans les coffres de l’UE de 14 à 19 %, soit 20 à 27 milliards d’euros.

Le débat sur la révision du budget européen agite Bruxelles et les États membres depuis la présentation d’un « document de réflexion » par le commissaire au budget, Günther Oettinger.

Certains veulent que le budget soit plus inclusif et implique les citoyens à l’approche des élections. Et Antonio Tajani semble avoir saisi le message.

Entre ses lignes, le document de Günther Oettinger semble reconnaître qu’il détient le joker avec la proposition du budget européen. En effet, le débat sur l’avenir de l’Europe ne sera pas résolu tant que les éléments clés de l’architecture du budget ne seront pas choisis.

Responsabilité politique

Le 13 septembre, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, prononcera son discours sur l’état de l’Union et dévoilera sa vision pour l’avenir de l’UE, après des mois de réflexion sur les cinq scénarios possibles.

« Sans responsables politiques et sans débat politique, il est impossible de renforcer l’Union européenne », a déclaré Antonio Tajani, dans une critique à peine voilée, et qualifiant les élections européennes de moment de vérité.

Reconnaissant que le nouveau climat politique en Europe est plus favorable à une intégration européenne, Antonio Tajani a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une occasion à ne pas manquer et que davantage de responsables politiques devaient participer à la construction de l’avenir de l’UE.

Si les citoyens veulent que l’Europe s’attaque au chômage chez les jeunes, à la migration et au terrorisme, les responsables politiques doivent prouver qu’ils peuvent assumer leur responsabilité politique et forger leur propre stratégie.

Immigration, un problème européen

Les efforts passés pour contenir l’afflux de migrants le long de la route des Balkans occidentaux devraient être transposés à d’autres routes, comme en Libye, affirme Antonio Tajani qui rappelle que l’immigration dans cette zone de la Méditerranée est un problème européen et non un problème italien ou espagnol.

Cela signifie de l’investissement. « Sans la stratégie pour l’Afrique, il est impossible de trouver une solution durable à l’immigration illégale », a ajouté le président du Parlement européen.

Sous l’impulsion de Federica Mogherini, l’Europe met en place des instruments pour l’investissement, le soutien démocratique et le renforcement des capacités, dont le Fonds fiduciaire pour l’Afrique, Migration Compact et le Plan d’investissement extérieur de l’UE.

Pour la première fois, il existe bel et bien une volonté d’investir dans l’avenir du continent, mais ce n’est pas suffisant. Jusqu’à présent, 3,5 milliards d’euros ont été alloués à l’Afrique alors que 40 milliards sont nécessaires, rappelle Antonio Tajani, qui plaide pour un plan Marshall pour l’Afrique.

Insistant sur le lien entre l’immigration illégale et le terrorisme, l’eurodéputé italien n’a pas hésité à dire que l’UE devrait être plus présente dans les Balkans, où Daech serait en train de s’implanter.

« Même si je proposais un FBI européen en signe de provocation, plus de coopération et d’argent pour la sécurité sont nécessaires », a-t-il ajouté.

Spitzenkandidaten

Antonio Tajani n’a toutefois pas abordé les élections de 2019 sous un angle institutionnel. En mentionnant brièvement le système de Spitzenkandidaten, il a déclaré que celui-ci serait maintenu puisqu’il privilégie un processus clair et ouvert plutôt qu’une décision prise à huis clos entre les dirigeants européens.

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Revue de presse] La Cour européenne de justice se prononce en faveur des quotas de réfugiés

Mercredi 6 septembre la Cour justice de l’Union européenne a rendu un arrêt confirmant la légalité des quotas de réfugiés. Cette décision fait suite à un recours de la Slovaquie et de la Hongrie contre la décision du Conseil européen de 2015 imposant un mécanisme de relocalisation de demandeurs d’asile dans toute l’Union européenne.

Le mécanisme de répartition des demandeurs d’asile

A l’automne 2015, l’Union européenne, faisant face à une crise migratoire sans précédent, adopte un « programme de répartition des demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce » [Le Monde]. Ce mécanisme décidé à la majorité par le Conseil européen prévoit ainsi la relocalisation de « 160000 personnes dans les autres pays membres », chaque Etat voyant son quota fixé « en vertu de sa taille, de son PIB ou de ses capacités d’accueil » [Le Temps].

Cependant, les pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie), majoritairement réfractaires à l’adoption de ce mécanisme, se sont de fait opposés à son application. C’est ainsi qu’« outrées, la Slovaquie et la Hongrie ont porté l’affaire en justice » auprès de la Cour de justice de l’Union européenne [Les Echos]. Selon le dispositif adopté, les deux pays « devaient à ce titre accueillir 2 096 migrants à eux deux. Mais la Hongrie n’en a reçu aucun ; la Slovaquie seulement 16 » [La Croix].

Une décision en faveur de la solidarité

Les deux plaignants ont remis en cause cette décision, dans leur recours, pour « des motifs tendant à démontrer que son adoption était entachée d’erreurs d’ordre procédural et surtout qu’elle n’était pas apte à répondre à la crise migratoire, ni nécessaire à cet effet » [RTBF]. Selon La Croix, « le contentieux a fait apparaître deux camps opposés », l’un composé des deux Etats soutenus par la Pologne et l’autre composé de « l’Italie, la Grèce, l’Allemagne, la Suède, la Belgique, le Luxembourg et la France du côté du Conseil européen ».

Dans un arrêt qui,d’après Le Monde, « fera date », la Cour a débouté la Slovaquie et la Hongrie. Pour les juges, « le mécanisme ‘contribue effectivement et de manière proportionnée à ce que la Grèce et l’Italie puissent faire face à la crise migratoire de 2015′ » [La Croix]. De même a été pointée « la mauvaise foi » de l’argument sur l’inefficacité du dispositif, étant donné que tous les Etats membres ne l’appliquent pas [Le Temps].

Une « victoire à la Pyrrhus »

Du côté des plaignants, la décision de la Cour a été très mal accueillie. Budapest a ainsi réagi en « qualifiant cet arrêt de la cour d’’outrage’ et d’’irresponsable' » [Le Temps]. Du côté de la Commission européenne, à l’initiative du mécanisme, et des pays soutenant cette relocalisation, il s’agit selon La Croix d’« une victoire pour les défenseurs du principe de solidarité dans l’UE ». Dimitris Avramopoulos, commissaire européen en charge des Migrations, « s’est réjoui de ce verdict et a appelé ‘tous les Etats membres’ à ‘se concentrer sur la mise en œuvre’ des mesures décidées au niveau européen » [Les Echos].

Cet arrêt conforte la volonté de la Commission de « poursuivre son action en infraction » contre les pays membres récalcitrants à l’accueil de réfugiés, « mais là encore sans garantie absolue » qu’ils respecteront finalement les quotas fixés, en dépit d’éventuelles sanctions [Le Monde]. Pour RFI, il s’agit d’une « victoire à la Pyrrhus » car seulement 10 000 migrants peuvent prétendre au statut de réfugiés. Enfin pour Le Monde « cette décision risque aussi de creuser un peu plus le fossé entre l’ouest et l’est du continent sur le sujet ».

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

La mobilisation des Tunisiens repousse le navire anti-migrants C-Star

Après des soucis administratifs en Egypte et à Chypre, le C-Star, navire identitaire qui s’est donné pour mission de repousser les migrants tentant la traversée de la Méditerranée, a été empêché d’accoster en Tunisie ce week-end.

La mobilisation contre le C-Star ne faiblit pas. Après les blocages des autorités en Egypte et à Chypre, le navire anti-migrants de la « mission Defend Europe », mobilisé par le collectif d’extrême droite Génération Identitaire pour repousser les navires de migrants tentant la traversée de la Méditerranée, a été renvoyé des côtes tunisiennes ce dimanche 6 août à la suite de la mobilisation générale d’activistes, de pêcheurs et d’organisations sur place. Face à cette mobilisation, les autorités tunisiennes ont refusé l’accès aux ports du pays à ce navire, affirme Lina Ben Mhenni, activiste, blogueuse et journaliste tunisienne jointe par Marianne.

Le C-Star a d’abord été contraint de renoncer à accoster dans le port de Zarzis, dans le sud de la Tunisie. Selon Lina Ben Mhenni, les activistes sur place se préparaient depuis une semaine à se mobiliser contre cette arrivée. « Nous nous sommes unis avec les pêcheurs, avons préparé des pancartes et banderoles et fait pression sur les autorités du port de Zarzis pour les empêcher de donner l’autorisation au bateau d’accoster ». Adel Azouni, activiste basé à Tunis, affirme pour sa part qu’ils suivaient les déplacements du C-Star « depuis son départ de Chypre », le 27 juillet. Outre les pancartes, les pêcheurs avaient menacé de « fermer le canal qui sert au ravitaillement. C’est la moindre des choses vu ce qu’il se passe en Méditerranée, la mort de musulmans et d’Africains », a affirmé le président de l’Association des marins pêcheurs, Chamseddine Bourassine à l’AFP. « Comment ? Nous, laisser entrer des racistes ici ? Jamais ! », a ajouté un responsable du port de Zarzis sous le couvert de l’anonymat.

Une fois que la mobilisation a payé, les activistes ont réitéré l’opération au port de Sfax, plus au nord, en apprenant que le navire s’y dirigeait. Finalement, le C-Star a viré vers l’est et se trouve à l’arrêt depuis dimanche soir à une cinquantaine de kilomètres des côtes, selon marinetraffic. Habituellement très actifs sur les réseaux sociaux, notamment pour nier les arguments de leurs opposants, les identitaires sont restés silencieux sur le sujet depuis dimanche, et n’ont pas répondu à nos sollicitations.

« Ne laissez pas le bateau du racisme C-Star souiller les ports de Tunisie »

Des appels à dimension nationale ont aussi retenti en Tunisie. Sur Facebook, le puissant syndicat UGTT (Union générale tunisienne du travail), prix Nobel de la Paix 2015 avec trois autres organisations, a lancé celui-ci : « A tous les agents et employés des ports tunisiens : ne laissez pas le bateau du racisme C-Star souiller les ports de Tunisie. Expulsez-les comme ont fait vos frères à Zarzis et Sfax ». L’ONG Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a affirmé vendredi dans un communiqué qu’elle s’opposerait à ce que le C-Star « accoste dans les ports tunisiens » et a appelé « le gouvernement à ne pas coopérer avec son équipage raciste et dangereux ».

Le C-Star a tenté de perturber le travail des ONG en mer

Samedi, le C-Star est entré en contact radio avec au moins deux navires d’ONG naviguant au large de la Libye, une zone où plus de 14.000 migrants ont été retrouvés morts ou ont disparu depuis 2014. « Nous entamons nos opérations au large des côtes libyennes, nous vous demandons de quitter la zone de secours », ont déclaré les membres de son équipage à ceux de l’Aquarius (de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières) et du Golfo Azzuro (de l’ONG Proactiva Open Arms). « Vous agissez comme un facteur incitatif pour les trafiquants d’êtres humains, leur faisant gagner des millions. Nous allons vous surveiller, les temps où personne ne voyait ce que vous faites sont terminés », ont-ils également menacé. Les deux bateaux n’ont pas tenu compte de ces appels.

Le navire des identitaires a quitté le port de Djibouti début juillet, où il a été loué grâce une cagnotte en ligne ayant récolté plus de 170.000€ de dons. Depuis, il erre sans parvenir à ses fins, suscitant la mobilisation contre lui partout où il passe. Il a rencontré des difficultés avec les autorités égyptiennes en traversant le canal de Suez et nord-chypriotes lors d’un premier ravitaillement, et abandonné l’idée d’effectuer toute escale en Grèce et en Sicile, où les autorités se montraient inquiètes d’éventuelles manifestations d’opposants.

Par Robin Gabaston

Publié dans EuropAgora | Marqué avec | Laisser un commentaire

Des juristes vent debout contre le projet de loi de sortie de l’état d’urgence : Le texte gouvernemental crée une rupture dans l’Etat de droit, s’inquiètent de nombreux professionnels de la justice.

Vingt mois après l’instauration, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, de l’état d’urgence pour une durée de douze jours, et après six lois de prorogation, le Sénat devait commencer, mardi 18 juillet, l’examen du projet de loi destiné à permettre de sortir de ce régime d’exception.« Je rétablirai les libertés des Français en levant l’état d’urgence à l’automne [2017], parce que ces libertés sont la condition de l’existence d’une démocratie forte », a ainsi justifié Emmanuel Macron, le 3 juillet, devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles.

Le président de la République avait demandé, à peine arrivé à l’Elysée, de préparer un projet de loi pour organiser cette sortie. Le premier ministre Edouard Philippe avait confirmé vouloir mettre fin à l’état d’urgence qui comporte « des mesures extrêmement dérogatoires au droit commun ». Ainsi était né le projet de loi « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme » défendu par le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb.

Ce texte provoque une levée de boucliers d’une rare unanimité chez les professionnels du droit. Un appel intitulé « Banalisation de l’état d’urgence : une menace pour l’Etat de droit », a été publié le 12 juillet sur les sites de Mediapart et de Libération sous la signature de 300 universitaires et chercheurs.

« Société de suspicion »

Ce texte, qui rallie aujourd’hui plus de 500 personnalités du droit, dénonce un projet de loi qui « hypothèque les libertés de tous de manière absolument inédite » en « proposant d’inscrire dans le droit ordinaire les principales mesures autorisées à titre exceptionnel dans le cadre de l’état d’urgence ».

Mireille Delmas-Marty, professeur honoraire au Collège de France, affirme dans une tribune publiée lundi 17 juillet par Libération que faire de la prévention du terrorisme « un objectif répressif en soi marque une rupture, conduisant d’une société de responsabilité à une société de suspicion ». Elle dénonce en particulier l’évolution du droit pénal qui impose des mesures « à une personne non pas pour la punir d’un crime qu’elle a commis, mais pour prévenir ceux qu’elle pourrait commettre ».

De fait, certaines des mesures emblématiques de l’état d’urgence s’apprêtent à entrer, sous une forme aménagée, dans le droit commun.

L’assignation ne sera plus « à résidence » mais à l’échelle d’une commune, et elle devra tenir compte des obligations familiales et professionnelles de la personne touchée. Cette mesure, en temps normal à la disposition de la justice, pourra désormais être décidée par le ministre de l’intérieur, comme pendant l’état d’urgence.

Questions pratiques et théoriques

Les perquisitions administratives y compris de nuit, pudiquement rebaptisées « visites », décidées par les préfets, entrent également dans le droit commun à la condition que le juge des libertés et de la détention spécialisé en matière de terrorisme à Paris délivre à chaque fois un feu vert préalable.

Pour parer aux critiques dénonçant un glissement vers « un état d’urgence permanent », le chef de l’Etat avait précisé à Versailles que « ces dispositions nouvelles qui nous renforceront encore dans notre lutte (…)devront viser explicitement les terroristes à l’exclusion de tous les autres Français ». Une telle affirmation soulève des questions pratiques et théoriques.

Sur le plan pratique, comment distinguer les terroristes « de tous les autres Français » ? Ni la loi ni la jurisprudence ne définissent ce qu’est un terroriste. Le code pénal liste en revanche un grand nombre d’infractions qui peuvent être rattachées à une qualification terroriste. Un simple vol peut ainsi être qualifié d’acte de terrorisme dès lors qu’il est en relation avec « une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ».

Les mesures préventives de police administrative prévues dans le texte du gouvernement ne concernent pas les personnes à l’égard desquelles la justice a de quoi ouvrir une procédure. « Ce ne sont pas les poseurs de bombes qui sont assignés à résidence », résume Serge Slama, du Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (Université Paris-Nanterre).

« Pilule empoisonnée »

Les personnes soupçonnées d’une simple apologie du terrorisme ou celles qui ont par exemple tenté de rejoindre la Syrie sans jamais y mettre les pieds ou qui ont donné de l’argent à une personne qui a tenté de s’y rendre sont déjà toutes « judiciarisées » et pour certaines d’entre elles condamnées à de nombreuses années de prison ferme.

Qui sont alors les « terroristes » visés par ce projet de loi ? Des personnes dont le comportement inquiète les services de renseignement, mais sont à un stade flou, encore plus en amont d’une éventuelle intention terroriste. Le code pénal permet déjà d’incriminer« les actes préparatoires d’actes préparatoires », pour reprendre le terme de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). C’est pour cela que Jacques Toubon, le Défenseur des droits, a évoqué dans Le Monde du 24 juin à propos de ce texte « une pilule empoisonnée » pour la cohésion nationale.

Sur le plan des principes, le raisonnement du gouvernement induit que tous les citoyens et tous les justiciables ne seraient plus égaux devant la loi. Puisque des « mesures extrêmement dérogatoires »deviendraient acceptables dans le droit commun dès lors qu’elles ne s’appliquent qu’à une partie de la population.

Olivier Cahn, chercheur en droit pénal au laboratoire CESDIP-CNRS, y voit la diffusion de la notion de « droit pénal de l’ennemi » définie dans les années 1980 par le juriste allemand Günther Jakobs. Selon cette doctrine, les personnes considérées comme ennemies de la Nation n’auraient plus les mêmes droits que les autres. « C’est un basculement vers une sous-catégorie de personnes qui ne seraient plus citoyens », explique le spécialiste.

« Droit pénal de l’ennemi »

Selon lui, les trois conditions posées par M. Jakobs à l’existence d’un droit pénal de l’ennemi ont été remplies au fil des ans par l’évolution de la législation antiterroriste française : il s’agit d’un droit pénal préventif (la simple intention est criminalisée), la procédure pénale à l’égard de ces suspects est dérogatoire au droit commun (techniques d’enquêtes intrusives, garde à vue, juridiction spécialisée, etc.), la sévérité des sanctions ne respecte plus le principe de proportionnalité des peines (prescription, perpétuité réelle, etc.).

Pour M. Cahn, le gouvernement actuel franchit une nouvelle étape avec ce « droit administratif de l’ennemi » où l’on prend en compte la « dangerosité supposée » d’une personne, mais dont seul le ministère de l’intérieur serait juge.

« Le droit pénal de l’ennemi, en distinguant citoyens et ennemis, sonne le glas de l’universalité des droits et libertés fondamentaux », écrit Christine Lazerges, présidente de la CNCDH, dans la Revue de science criminelle. Elle constate ainsi une « dissociation du fondement de la répression, la culpabilité ne s’adresse qu’au citoyen, la dangerosité justifie la condamnation de l’ennemi ».

Loin d’être rassurés par le cantonnement officiel de ce nouveau droit aux « terroristes », et même si ce projet de loi n’instaurait ces mesures que pour une durée de quatre ans comme le souhaite le Sénat, les juristes s’inquiètent de la contamination du droit commun et partant, de la modification profonde de l’Etat de droit. De fait, on ne compte plus les mesures législatives provisoires pérennisées ni celles circonscrites à une situation dont le périmètre a été élargi au gré des préoccupations politiques.

Jean-Baptiste Jacquin

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

L’UE sortira renforcée des crises récentes, selon Jean Quatremer et Daniel Cohn-Bendit

L’annonce du décès de l’Union européenne, faite à plusieurs reprises dans le passé et encore au cours de la dernière année, « est quelque peu prématurée », croit Jean Quatremer, journaliste français spécialisé dans la couverture de l’UE. Le Brexit, l’élection de Donald Trump, les gesticulations de plus en plus agressives de Vladimir Poutine auront au contraire pour effet d’approfondir le grand projet né dans les années cinquante et même de le renforcer, ont prédit M. Quatremer et Daniel Cohn-Bendit, figure emblématique du Mai 68 et ancien député européen, dans une entrevue accordée au Devoirsamedi.

Les deux hommes participent cette semaine au volet de l’école d’été de l’Université de Montréal qui est consacré à l’avenir de l’Union européenne. Entretien.

L’Union européenne est-elle en train de vivre une crise ?

Daniel Cohn-Bendit (DCB) : l’Union européenne vit une crise depuis une éternité. Et sans vouloir vous corriger, la question serait plutôt : l’Union ne vit-elle pas une sortie de crise ? Depuis au moins celle des subprimes en 2008 et l’effondrement du système bancaire européen, l’Europe a vécu ce que tout le monde appelle maintenant la polycrise, une addition de crises qui ont suscité de plus en plus de désenchantement quant à l’idée européenne dans divers pays. Depuis Poutine, le Brexit et Trump, il y a eu une reprise de conscience à savoir que ce n’est peut-être pas mal qu’il y ait une Europe capable de tenir tête à ces poly-non-pas-crises-mais-folies. Il y a donc, aujourd’hui, une recrudescence de la nécessité de renforcer l’Europe, même si tous ne pensent pas la même chose sur comment cette Europe devrait être refondée.

Jean Quatremer (JQ) : La crise est dans l’ADN de l’Union européenne. Elle est née de deux crises majeures : la Première Guerre mondiale et la Seconde. Son histoire est une succession de turbulences, parce que partager volontairement la souveraineté, c’est difficile. Aucun État n’est prêt à le faire volontairement. […]. La crise, c’est pourtant le moteur de l’Union européenne. Simplement, comme elle est une construction récente, on a l’impression que la crise va la tuer. Cela fait 25 ans que je couvre l’Union européenne et je ne l’ai jamais vue mourir. L’annonce de la mort de l’Union européenne était un rien prématurée. Chaque fois, les crises l’ont renforcée au lieu de l’affaiblir.

Pour moi, le Brexit a été un wake-up call. Je dirais presque que je le souhaitais, ce Brexit. Pour rappeler à l’ensemble des États et des peuples que la construction de l’Union européenne est quelque chose d’extrêmement fragile. Brutalement, les peuples ont pris conscience qu’il y avait un danger. Il y aura un prix à payer, et ce prix sera payé par les Britanniques, pas par l’Union européenne. On a vu, au lendemain du Brexit et de l’élection de Trump — les deux sont étroitement liés —, on a vu les néonazis perdre en Autriche, les démagogues perdre aux Pays-Bas, Marine Le Pen perdre en France, et Beppe Grillo prendre une taule en Italie.

DCB : Et Jean-Luc Mélenchon. Il y a une logique au Brexit. La Grande-Bretagne est toujours entrée à reculons dans l’Europe. Elle a toujours voulu signifier qu’elle avait un pied en dedans et un pied en dehors. […] Le Brexit signifie que cette histoire de l’Europe à la carte ne peut pas fonctionner. Et donc, on se retrouvera dans les dix prochaines années avec un véritable débat : est-ce que l’Europe, ce ne sera pas la zone euro ?

Quelle est la part des élargissements successifs dans les problèmes de l’Union ?

JQ : Pour ce qui est d’aller plus loin dans l’intégration, je crois que l’idée qu’on va tous marcher du même pas vers un avenir radieux est morte. Une Europe à 28 est extrêmement compliquée à faire fonctionner, et le Brexit fait tirer des leçons de cette complexité croissante. […] Depuis le début, il y a toujours eu le choix entre élargissement et approfondissement. Il est clair qu’on a fait le choix de l’élargissement avant celui de l’approfondissement. À mon avis, c’est l’une des racines du drame existentiel de l’Europe actuelle.

DCB : C’est vrai, mais il faut faire attention, parce que l’élargissement de l’Europe a eu lieu à un moment que personne n’avait prévu : l’effondrement du Mur. […] C’est un peu l’accélération de l’histoire qui nous y a obligés.

JQ : Nous avons été incapables d’aller au même rythme.

DCB : On a fait une erreur. On n’a pas prévu un budget à la hauteur nécessaire pour gérer l’élargissement.

JQ : Mais pas seulement. On n’arrive plus à prendre des décisions ambitieuses à 28. On a un problème majeur aujourd’hui entre l’Est et l’Ouest. Le G20 a été précédé d’un sommet des 12 pays d’Europe centrale et orientale. C’est quasiment scissionnel : on a l’impression d’être en 1860 juste avant la guerre civile américaine.

Peut-on revenir en arrière sur l’élargissement ?

DCB : On ne peut pas, mais ce qui est en train de se passer, et qui devient intéressant, certains l’avaient demandé il y a longtemps. L’Europe est un système de soutien financier, et le débat a commencé sur la question de soumettre ce système à l’acceptation de certaines valeurs. C’est-à-dire qu’il y a des droits et des devoirs en Europe.

JQ : Je ne partage pas tout à fait cette analyse. C’est dangereux, car ça peut vouloir dire que Viktor Orban (en Hongrie) et le parti Droit et Justice en Pologne seront au pouvoir pour 25 ans. Quand vous punissez un pays parce qu’il refuse d’appliquer une partie des décisions européennes, vous renforcez le camp des eurosceptiques. Je crois que la solution consiste à garder les fonds structurels (aides régionales) tels quels, mais en développant au niveau de la zone euro un filet social commun subventionné grâce à un nouveau budget.

Chaque fois que l’UE se heurte à des crises, elle en sort par le haut. Je l’ai vue paralysée longtemps, mais jamais s’en sortir par le bas. On l’a vu sur les réfugiés même si c’est venu d’un État, l’Allemagne en l’occurrence, qui en a accueilli un million, alors que les autres n’en voulaient pas.

DCB : Il y a une logique de cette dynamique, qui s’explique par la mondialisation. Les États nations comprennent vite que seuls, ils ne sont plus rien. C’est ce qu’on a vu d’une manière exemplaire pendant la campagne électorale en France. Tout le monde a été surpris qu’un candidat, Emmanuel Macron, se soit placé dès le début sur des positions proeuropéennes. Une campagne électorale avec le drapeau européen, ça ne s’était jamais vu. Tout le monde a dit : c’est l’échec annoncé. Ç’a été le contraire. On voit bien que les citoyens en Europe sont désorientés, mais qu’ils ressentent profondément que la solution n’est pas le repli national.

Claude Lévesque

Jean Quatremer travaille pour le quotidien Libération depuis 1984 et couvre l’actualité européenne depuis 1990. Il a publié récemment, chez Calmann-Lévy, un essai intitulé Les salauds de l’Europe : guide à l’usage des eurosceptiques. Daniel Cohn-Bendit, également journaliste de profession, a été député fédéral en Allemagne, puis député au Parlement européen jusqu’en 2014. Le surnom de Danny le Rouge, qu’on lui donnait à la fin des années soixante, a fait place à celui de Danny le Vert, en faisant référence au parti auquel il a appartenu.

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Le plan de May « post-Brexit » descendu par l’Europe: « Londres va créer des citoyens de seconde classe »

Les eurodéputés éreintent le plan de May pour les droits des citoyens de l’UE après le Brexit…

Lorsque la proposition britannique sur les droits « post-Brexit » des citoyens européens installés outre-Manche fut officiellement présentée, le chef négociateur de l’Union pour le Brexit, Michel Barnier, avait réclamé « plus d’ambition, de clarté et de garanties ». Sa réaction tenait de l’enthousiasme débridé, si on la compare à celle des députés européens. Les leaders de tous les groupes politiques pro-européens du Parlement, appuyés par d’autres députés, ont cosigné une tribune féroce publiée dans le quotidien britannique « The Guardian ».

Le plan britannique pour les citoyens jette « un voile noir sur la vie de millions d’Européens qui se trouvent ainsi plongés dans l’incertitude la plus complète », déplorent-ils, ajoutant que Londres va créer « des citoyens de seconde classe« . Qui plus est, le Royaume-Uni s’apprête à multiplier la paperasse pour les applications au statut de « résident permanent outre-Manche ». Pour un pays qui n’a eu de cesse de fustiger la lourdeur administrative européenne, c’est ballot.

… et mettent Theresa May en garde

Selon ce plan, les ressortissants de l’Union résidant au Royaume-Uni depuis au moins cinq ans se verraient accorder un droit de résidence similaire à celui dont ils jouissent actuellement, mais perdraient le droit de voter aux élections locales, et devraient justifier d’un certain niveau de revenus pour pouvoir faire venir dans le pays les membres de leur famille.

Et les députés de poser au gouvernement britannique des questions – sur le coût des études outre-Manche pour les Européens, la reconnaissance des diplômes des médecins, les travailleurs frontaliers, etc. – dont on est pas du tout certain qu’il ait déjà la réponse.

Que Theresa May se le dise : « Le Parlement européen se réserve le droit de rejeter tout projet d’accord qui traiterait les citoyens européens moins favorablement », a rappelé le chef libéral Guy Verhofstadt, négociateur du Brexit pour le Parlement. Ah oui, encore ceci. Le Royaume-Uni ne doit pas trop espérer prolonger les négociations de sortie au-delà de la date butoir de 2019, sous peine de perturber les élections européennes. « Ce serait impensable », préviennent les députés.

La rédaction

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Hannack: Ehe für alle ist wichtiges Signal

Der Bundestag hat die Ehe für alle mit großer Mehrheit beschlossen und den Weg für die Gleichheit von lesbischen und schwulen Paaren vor dem Gesetz frei gemacht. Diese Entscheidung war überfällig, denn die Gesellschaft ist – wie oft – schon weiter. 80 Prozent der Deutschen sprechen sich für die Ehe für alle aus. « Ein gutes und wichtiges Signal », sagt DGB-Vize Elke Hannack.

Der Bundestag hat die Ehe für alle mit großer Mehrheit beschlossen und den Weg für die Gleichheit von lesbischen und schwulen Paaren vor dem Gesetz frei gemacht. Diese Entscheidung war überfällig, denn die Gesellschaft ist – wie oft – schon weiter. 80 Prozent der Deutschen sprechen sich für die Ehe für alle aus. « Ein gutes und wichtiges Signal », sagt DGB-Vize Elke Hannack.

DGB-Vize Elke Hannack

Publié dans EuropAgora | Marqué avec | Laisser un commentaire

Remunicipalisation : Villes et citoyens tentent, malgré l’austérité, d’inventer les services publics d’avenir

Eau, énergie, restauration scolaire, transport… Une vague mondiale de remunicipalisation est en cours, comme le révèle notre rapport À la reconquête des services publics. Comment villes et citoyens tournent la page de la privatisation. Objectifs : mieux répondre aux besoins réels des citoyens et usagers, mener des politiques sociales et écologiques plus ambitieuses, et ne plus ponctionner les budgets publics au profit des logiques de rentabilité et d’expansion des multinationales. Celles-ci tentent d’entraver cette lame de fond, avec le concours de gouvernements conservateurs qui édictent des lois interdisant ces remunicipalisations. Un nouveau chapitre des services publics, et des luttes politiques, sociales et écologiques est en train de s’écrire.

« Vous seriez pardonné, surtout si vous vivez en Europe, de penser que les services publics sont par nature coûteux, inefficaces, un peu dépassés, et très difficiles à réformer pour les adapter aux défis actuels… » Ainsi commence le nouveau rapport sur la remunicipalisation des services publics que publie aujourd’hui l’Observatoire des multinationales avec le Transnational Institute et d’autres partenaires internationaux, notamment issus du monde syndical [1]. À écouter une grande partie des médias, des hommes politiques et des prétendus experts, les services publics seraient entrés dans une phase de déclin irréversible, et devraient inévitablement laisser une place toujours grande au secteur privé et à sa logique de profits.Pourtant, derrière le voile des discours dominants, une toute autre histoire est en train de s’écrire. Un peu partout, notamment en Europe, des élus et des groupes de citoyens ont choisi de partir à la reconquête de leurs services publics, principalement au niveau local, pour en défendre les valeurs et pour concrétiser leurs aspirations démocratiques, sociales et environnementales. Ce sont ces histoires, insuffisamment connues, que notre petit livre À la reconquête des services publics. Comment villes et citoyens tournent la page de la privatisation met en avant.

Eau, énergie, transport, cantines scolaires, services sociaux : ce qui peut être remunicipalisé

En France, la remunicipalisation de l’eau s’est amplifiée, avec, depuis 15 ans, au moins une cinquantaine de villes de gauche comme de droite, de Paris à Grenoble, de Rennes à Nice, qui ont repris directement en main leur gestion de l’eau (Lire à ce sujet : Comment Paris a repris le contrôle de son service public de l’eau). En Allemagne, un vaste mouvement de remunicipalisation de la production et de la distribution d’électricité, via des coopératives ou des entreprises municipales, est en cours, dans le cadre de l’Energiewende (la transition énergétique). Le phénomène va bien au-delà de ces deux secteurs emblématiques.En Norvège, où les élections municipales de 2015 ont amené au pouvoir dans de nombreuses villes des coalitions « rouge-rose-vert », les équipes nouvellement élues travaillent avec les syndicats pour faire repasser les services sanitaires et sociaux municipaux sous l’égide du public. En Grande-Bretagne, Jeremy Corbyn et le Labour sont passés près d’une victoire inattendue lors des dernières élections en faisant campagne contre l’austérité et en proposant la renationalisation de la poste, du rail, de l’eau et d’une partie du secteur de l’énergie. Des villes comme Nottingham, Leeds ou Bristol – et peut-être demain Londres – ont créé des fournisseurs d’énergie municipaux pour combattre une précarité énergétique galopante et favoriser les énergies renouvelables. En Espagne, de nombreuses villes conquises en 2015 par des coalitions citoyennes se lancent aujourd’hui dans des remunicipalisations tous azimuts, comme Barcelone qui a remunicipalisé crèches, services sociaux et services funéraires, créé une entreprise municipale d’énergie et vise désormais à reprendre le contrôle de son eau. 

« Une tendance de fond qui va se poursuivre »

Hors d’Europe, des collectivités nord-américaines comme l’île de Kauai, à Hawaii, ou Boulder, dans le Colorado, se sont elles aussi engagées dans la création de nouvelles entreprises publiques locales pour répondre à la crise climatique. En Inde même, le gouvernement de la capitale Delhi a créé un vaste programme de nouvelles cliniques publiques pour assurer l’accès aux soins des plus pauvres, auparavant livrés aux coûts exorbitants des médecins privés ou aux charlatans.En France, la remunicipalisation touche des secteurs nouveaux, comme celui des transports publics. « Depuis une dizaine d’années, une trentaine de collectivités françaises sont passées de la gestion privée à la gestion publique de leurs transports, et presque aucune n’a pris le chemin inverse, explique Arnaud Rabier, secrétaire général d’Agir Transports, une association française qui regroupe opérateurs publics de transport et petits opérateurs privés locaux. C’est une tendance de fond qui va se poursuivre. » Les cantines scolaires sont également concernées : le retour en gestion publique directe va souvent de pair avec le souhait de privilégier une alimentation locale et biologique, et plus généralement de mieux contrôler le prix, la teneur et la qualité des repas servis aux enfants – une question de plus en plus sensible économiquement et culturellement en France aujourd’hui.

Atteindre des objectifs sociaux et environnementaux

Le rapport À la reconquête des services publics recense 835 cas de remunicipalisation dans le monde. La liste, issue d’un travail de recensement auquel ont contribué de nombreux syndicats européens, n’est pas exhaustive, mais suggère que quelque chose est bien en train de se passer. Ces « remunicipalisations » – un terme qui englobe aussi la création de nouveaux services publics municipaux – sont diverses dans leur échelle et dans leurs motivations. Certaines visent surtout à économiser de l’argent ou à mettre fin à des abus de la part des prestataires ; d’autres à assurer un service abordable et accessible à tous ; d’autres encore à agir sur l’économie locale ou à atteindre des objectifs environnementaux et climatiques (lire aussi : Ces « zones libres » en Europe qui privilégient les alternatives locales face au néolibéralisme global).Selon les secteurs et les pays, ces remunicipalisations incarnent soit des mouvements émergents mais encore en partie marginaux, soit des tendances de fond qui contribuent à transformer profondément les services en question, comme celle de l’énergie en Allemagne (lire : Des fournisseurs d’énergie publics, locaux, écolos et rentables… Mais interdits en France !). Mais le message général est clair : il y a une alternative à toujours plus d’austérité, toujours plus de pouvoir pour le secteur privé, et à des tarifs toujours plus élevés pour un service toujours plus dégradé.

L’obstacle de l’austérité budgétaire

Le réseau Energy Cities des villes pour la transition énergétique vient également de publier un rapport sur la remunicipalisation de l’énergie. « Les élus locaux sont de plus en plus nombreux à venir nous voir pour nous demander comment remunicipaliser,témoigne Claire Roumet, directrice d’Energy Cities. La question n’est même plus pour eux de savoir si cela fait sens d’un point de vue économique ou d’un point de vue environnemental. Ils en sont déjà convaincus. La question est comment faire, face aux entreprises privées et à la réglementation en vigueur. »Bien entendu, la remunicipalisation n’est pas une solution miracle. La gestion publique n’est pas nécessairement meilleure pour les usagers-citoyens et les travailleurs des secteurs concernés, s’ils n’y sont pas véritablement associés. Et peut même se révéler source de corruption si cette gestion n’est pas contrôlée. Le phénomène n’en correspond pas moins à des tendances de fond. Le contexte actuel d’austérité constitue à l’évidence un obstacle majeur, comme à Grenoble où des projets ambitieux de développement des services publics locaux portés par la municipalité d’Éric Piolle doivent composer avec la réduction des dotations de l’État.Cette austérité est aussi une incitation pour les élus, confrontés à la réalité du terrain et aux besoins réels des gens, à repenser totalement l’organisation de leurs services publics. Les ponctions financières qu’implique le recours au secteur privé – pour rémunérer actionnaires, dirigeants, auditeurs, consultants ou avocats – apparaissent de moins en moins acceptables. La plupart des secteurs concernés se caractérisent par des situations monopolistiques ou oligopolistiques qui poussent certains décideurs, même dans les rangs des modérés ou des conservateurs, à privilégier l’option de la gestion publique… au nom de la concurrence. Enfin, « l’innovation » et « l’efficacité » dont se gargarisent les champions du secteur privé apparaissent de plus en plus pour ce qu’elles sont souvent : une affaire de réduction drastique des coûts et des dépenses, dont souffrent d’abord les employés des services, puis les usagers.

« Un levier essentiel pour conduire nos villes sur le chemin de la sobriété énergétique »

On peut aussi se demander si les modèles économiques et techniques portés traditionnellement par les multinationales des services publics ne sont pas dépassés. Une des conclusions les plus frappantes de notre rapport est que la remunicipalisation va de plus en plus souvent de pair avec des objectifs d’adaptation au changement climatique et de relocalisation de l’économie, qui s’opposent aux solutions technologiques et aux infrastructures lourdes proposées par les multinationales. C’est le cas bien entendu dans le secteur de l’énergie, où la vague de remunicipalisation allemande accompagne l’émergence de systèmes énergétiques plus décentralisés.« La reprise en main des services publics locaux par les élus dans des domaines aussi essentiels que l’eau ou l’énergie est un enjeu démocratique majeur. Face au changement climatique, c’est aussi un levier essentiel pour conduire nos villes sur le chemin de la sobriété énergétique, du développement des énergies renouvelables, de la protection de la ressource et du droit à l’eau », explique Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris en charge de l’environnement, du plan climat et de l’eau, et présidente de l’opérateur remunicipalisé Eau de Paris.

Filières locales pour les cantines et objectif « zéro déchets »

Les tendances sont similaires dans des secteurs comme celui des déchets ou de la restauration scolaire. Le modèle commercial des entreprises qui approvisionnent les cantines, comme Sodexo ou Elior, reposent traditionnellement sur l’agriculture industrielle et les chaînes d’approvisionnement longues. Elles tentent de s’adapter en proposant elles-aussi une alimentation plus locale, avec une plus grande part d’aliments bio. Dans d’autres secteurs comme celui des déchets, en revanche, les modèles économiques privés – reposant sur la maximisation des volumes, la mise en décharge ou l’incinération – semblent incompatibles avec les enjeux actuels de réduction drastique des déchets.« Lorsque l’on étudie les meilleurs exemples de politiques “zéro déchet” locales, on constate que l’un des facteurs de succès est l’alignement des objectifs et des intérêts entre les décideurs publics et les opérateurs en charge de la collecte et du traitement,explique ainsi Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France. Tant que le modèle de rémunération des opérateurs privés sera basé sur la tonne de déchets traités, une politique zéro déchet sera difficilement compatible avec une gestion privée, car il y aura une divergence profonde d’intérêts entre la collectivité locale et son prestataire. »

Quand le public finance l’expansion internationale du privé

La privatisation des services publics fait partie des « spécialités » que l’économie française – avec l’industrie de l’armement, l’énergie nucléaire ou la spéculation bancaire – propose au monde. Veolia et Suez dans le secteur de l’eau et des déchets, Sodexo et Elior dans celui de la restauration, EDF et Engie dans celui de l’énergie, RATP Dev, Keolis et Transdev dans celui des transports, Atos et Sopra-Steria dans celui de la sous-traitance administrative, sans parler de la place de groupes comme Vinci ou Bouygues dans le secteur des infrastructures. Une bonne partie de nos « champions nationaux » sont des champions de la privatisation, même si, paradoxalement, une bonne partie d’entre eux comptent l’État français parmi leurs actionnaires majoritaires ou principaux.C’est probablement dans le secteur des transports que ce mélange des genres est le plus visible. Les trois principales multinationales qui se disputent les contrats de privatisation de transports publics au niveau international sont trois groupes sous le contrôle indirect de l’État français : RATP Dev est une filiale de la RATP, Keolis de la SNCF, et Transdev a pour l’actionnaire principal la Caisse des dépôts et consignations… Ces groupes ont pour point commun d’avoir d’abord construit leur modèle économique en France, avant de l’exporter au niveau international. La tendance actuelle à la remunicipalisation, et plus généralement à la baisse de prix à laquelle ils sont de plus en plus obligés de consentir, pourrait saper ce modèle. « Je ne vois pas pourquoi les collectivités françaises devraient continuer à financer l’expansion internationale de ces grands groupes », souligne un acteur du secteur des transports.

La remunicipalisation transcende les divisions partisanes

Peu nombreuses restent pourtant les villes françaises qui, à l’instar de Grenoble, ont fait de la remunicipalisation et du développement des services publics locaux une stratégie politique explicite. Les mouvements citoyens et partis de gauche qui ont conquis un grand nombre de villes espagnoles lors des municipales de 2015 ont elles aussi fait de la remunicipalisation un de leurs principaux chevaux de bataille, dans une optique de lutte contre la corruption et d’accès aux services essentiels. Elle est également centrale dans la vision « municipaliste » promue entre autres par la municipalité de Barcelone, qui vient d’organiser un sommet international de « villes sans peur » (Lire notre reportage).Le mouvement de remunicipalisation transcende souvent les divisions partisanes. Dans certains secteurs, elle est très peu politisée. « La remunicipalisation dans le secteur des transports n’a rien à voir avec des clivages politiques, souligne ainsi Arnaud Rabier. Les collectivités n’ont plus besoin de l’expertise et de l’innovation des groupes privés comme dans les années 1980 ; elles peuvent désormais gérer elles-mêmes leur outil à moindre coût, avec la souplesse nécessaire, alors que les contrats de délégation de service public sont souvent des carcans. » Dirigée par le très droitier Christian Estrosi (LR), l’agglomération de Nice a remunicipalisé ses transports en commun, ses cantines et son eau, ainsi que le festival de jazz et le marché de gros de la ville. D’autres villes se sont engagées dans des politiques de remunicipalisation ambitieuses, mais sans fanfare, comme l’agglomération de Briançon (divers-gauche) qui a récupéré la gestion de son eau et de ses déchets, tout en développant un service local de l’énergie (lire notre reportage). 

Des lois pour interdire les remunicipalisations s’ajoutent aux entraves des multinationales

Quel est le point commun entre ces expériences politiques ? Est-ce une forme de réaffirmation du niveau local, à la fois contre l’économie financiarisée et déterritorialisée des multinationales et contre les échelons national et européen ? De nombreuses villes européennes engagées dans la remunicipalisation se caractérisent par leur relation conflictuelle avec les gouvernements nationaux et les politiques de réductions budgétaires et de privatisation qui leur sont imposées. De l’autre côté de l’Atlantique, collectivités et groupes de citoyens voient dans la création d’entreprises énergétiques locales le moyen de contourner l’obstruction du gouvernement fédéral de Donald Trump en matière climatique.Des gouvernements, souvent de droite, cherchent aussi délibérément à empêcher les remunicipalisations. En Espagne, les conservateurs ont introduit des lois interdisant purement et simplement la création de nouvelles entreprises publiques locales et rendant difficile pour une municipalité de reprendre les employés d’un prestataire privé. Le ministère espagnol de l’Intérieur a même décidé de poursuivre la ville de Valladolid en justice, aux côtés de l’entreprise privée et des lobbys patronaux, parce qu’elle avait remunicipalisé son eau. En Grande-Bretagne également, le Parlement a récemment voté une loi interdisant aux villes de créer de nouvelles compagnies publiques de bus.

Un nouveau chapitre pour les luttes politiques, sociales et écologiques

À ces contraintes nationales s’ajoutent les règles européennes, et la menace des traités de libre-échange et de leurs clauses de protection des investisseurs. Au moins 20 procédures en arbitrage international privé – les fameux ISDS associés aux projets de traités comme le Tafta et le Ceta – ont déjà été initiées contre des villes ou des États ayant repris en main leurs services publics. Dernier exemple en date : lorsque Vilnius, la capitale lituanienne, n’a pas souhaité renouveler le contrat de concession de son chauffage urbain qui la liait à Veolia, le groupe français a répliqué par au moins deux procédures ISDS à Washington et Stockholm, en réclamant au moins 300 millions d’euros de compensation.Si la vague de remunicipalisation est réelle, elle s’inscrit donc aussi dans un rapport de forces difficile pour les villes. C’est pourquoi elles sont de plus en plus tentées d’unir leurs forces, au moins dans le cadre de réseaux de collaboration technique, et pour certaines dans le cadre d’une « internationale des villes » telle que celle rêvée par Barcelone. En réécrivant l’avenir des services publics, ces villes et leurs citoyens ouvrent probablement un nouveau chapitre pour les luttes politiques, sociales et écologiques à venir.

Olivier Petitjean

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Données personnelles : ce qui va changer en 2018

Dans moins d’un an, la réforme de la protection des données personnelles s’appliquera partout en Europe. Avec quel impact sur notre quotidien ? Les réponses de Carole Ulmer, Directrice des études pour le think tank Confrontations Europe.

Les données personnelles seront bientôt mieux protégées en Europe : quelles sont les principales innovations de cette réforme ?

Adopté le 14 avril 2015, le règlement général sur la protection des données (RGPD), qui réactualise une directive européenne de 1995, sera applicable sans transposition à partir du 25 mai 2018. L’esprit du texte est clair : il s’agit de donner une vision commune de la protection des données personnelles en Europe et de renforcer le droit des individus sur leurs données.

Le règlement est l’occasion de clarifier les mesures que doivent prendre les entreprises : celles qui détiennent des données à caractère personnel sur des citoyens de l’UE doivent mettre en œuvre une nouvelle organisation et des méthodes afin d’assurer un niveau suffisant de protection, dès la conception des produits ou service et par défaut (« privacy by design and by default »). En clair, elles doivent tenir un registre décrivant les données stockées, leurs usages et la durée de leur exploitation.

Une telle organisation du traitement des données conduira les entreprises à désigner des acteurs de la bonne gouvernance des données dans leurs structures, voire de nommer un Data Privacy Officer (DPO). Elles seront tenues de reporter à leur autorité de contrôle nationale toutes les violations graves de données. En cas de non-respect de ces mesures, des amendes uniformes élevées sont prévues pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires.

Quel impact la réforme aura-t-elle sur le quotidien des citoyens européens ?

Elle permet aux citoyens européens de reprendre la main sur leurs données personnelles, notamment vis-à-vis des acteurs économiques de l’Internet. Il renforce leurs droits et facilite l’exercice de ceux-ci.

Le règlement impose de fournir une information claire et accessible aux utilisateurs sur le traitement de leurs données. Les utilisateurs devront donner leur accord pour le traitement de leurs données (principe de consentement) ou pouvoir s’y opposer.

Ce texte consacre également le droit à l’oubli, ainsi que le droit à la portabilité de ses données : ce principe permet à tout citoyen de récupérer les données qu’il a fourni sous un format simple, afin, le cas échéant, de pouvoir les transférer à un tiers.

En pratique, le règlement s’appliquera chaque fois qu’un résident européen sera concerné par le traitement de ses données, y compris par des entreprises qui ne sont pas européennes.

En quoi la protection encore en vigueur est-elle insuffisante ?

L’ampleur et le volume d’informations stockées en ligne a considérablement augmenté en 20 ans : il était urgent de redéfinir les règles du jeu pour tous ! Le texte de 1995 reposait sur une logique de « formalités préalables » et d’autorisations. Aujourd’hui, le règlement repose sur une logique de conformité et de responsabilité des acteurs eux-mêmes – responsabilité qui s’étend également aux sous-traitants.

La CNIL a appelé entreprises et pouvoirs publics à anticiper dès aujourd’hui cette réforme : l’application du nouveau règlement pose-t-elle des difficultés ?

Le Règlement impose des transformations profondes notamment pour les entreprises et il est urgent qu’elles mettent en œuvre les mesures nécessaires à la mise en conformité, sous peine de subir de lourdes sanctions financières, mais aussi de subir des impacts négatifs en termes d’image de marque.

Pour accompagner les acteurs économiques, les pouvoirs publics ont mis en place un ensemble d’outils. C’est notamment le cas de la CNIL qui a publié une méthodologie en 6 étapes.

Un vaste chantier ! Notamment pour les PME. Il est à noter que la Commission européenne a prêté attention à ces dernières en leur proposant des assouplissements, mais il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de conditions doivent être remplies. Pour les grands groupes, l’un des risques identifiés est aussi l’effet « usine à gaz » que peut produire une telle réglementation. Pragmatisme et agilité doivent dominer et il est indispensable de penser la mise en conformité à ce règlement en parallèle des dispositifs de sécurité qui sont nécessaires à un moment où les cyberattaques ne font que croître.

Où la France se situe-t-elle dans le processus de cette réforme ?

En début d’année, le Medef affirmait que seules 10 % des entreprises françaises estimaient pouvoir parvenir à respecter cette échéance. Si la CNIL a reconnu que « la marche à monter était réelle », elle n’en maintenait pas moins la pression.

Selon diverses enquêtes (cabinet Vanson Bourne pour Veritas Technologies, Gartner), il ressort qu’environ la moitié des entreprises européennes concernées pensent ne pas être prêtes en mai 2018. Certains pays, comme l’Allemagne, et certains métiers, tels que la banque ou l’assurance, avancent plus vite que d’autres.

La France semble plus en retard. Selon une enquête réalisée par Umanis, seules 31% des entreprises françaises sondées pensent être prêtes, alors que 23% estiment l’échéance impossible et 46% ne savent pas. Il reste encore du travail.

D’autres projets européens visant à renforcer la protection des données sont-ils en cours ?

Le numérique en général – et la question des données en particulier – est une priorité pour la Commission européenne. En janvier, elle a proposé une modification de la directive eprivacy. En mai, lors de la présentation de son évaluation du marché unique numérique, elle a déclaré avoir l’intention de présenter un texte sur la libre circulation des données non personnelles à l’automne.

Par Carole Ulmer, Directrice des études, Confrontations Europe
Propos recueillis par Vincent Lequeux

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

European Commission proposal to restrict right to strike is « grave error »

The European Trade Union Confederation (ETUC) today condemned the European Commission’s proposal to restrict the right to strike in air traffic control. It demanded that the Commission removes all references to restricting the right to strike from its initiative on “Aviation: open and connected Europe” published on June 8.

The Commission proposal included

  •  Unions to provide early notification of strikes
  •  Staff members to provide individual notification of participation in industrial action
  •  Overflights of member states affected by strikes to be continued
  •  Avoiding strikes at peak air traffic periods

The right to strike is a fundamental right guaranteed by European and international law” said Esther Lynch ETUC Confederal Secretary. “Restricting the right to strike is undemocratic, unacceptable and completely contrary to President Juncker’s often-stated ambition to create a triple A social Europe.”

Negotiations and agreements between workers and employers are only possible if workers have the power to strike if they choose. Without that right all power is with the employer. The European Commission is making a serious error in proposing this restriction of workers’ rights.”

In a letter sent today to President Juncker, Vice-President Dombrovskis, and Commissioners Thyssen and Bulc, ETUC General Secretary Luca Visentini points out that the Commission recently refused to include the right to strike in the proposed European Pillar of Social Rights, because it does not fall under the EU competence! It also protests that trade unions were not consulted, and that some of the recommendations are contrary to national Constitutions and laws.

The letter accuses the Commission of “always coming up with detailed recommendations like this only to limit and dismantle social rights (like right to strike, collective bargaining, protection in labour market, adequacy of pensions, etc.), and never to promote and reinforce the very same rights.”

A resolution today adopted by the Executive Committee of the ETUC concludes “The Commission has to decide if it is for or against Social Europe.”

Both letter and resolution call on the proposal to restrict the right to strike in air traffic control to be withdrawn. The ETUC is working with the European Transport Workers’ Federation (ETF) and national unions to remove this threat to workers’ rights.

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , | Laisser un commentaire

FUTURE EUROPE :The last chance for social Europe? by Luca Visentini

For many years, ‘the values of the European Union’ represented a beacon of fairness and social progress, with a powerful influence on neighbouring countries and even further afield. But things started to change with the financial crisis in 2008. In some member states the eurozone’s ‘economic governance’ regulators began to impose punitive measures that by-passed democratic authorities, and the process of upward economic and social convergence stopped in the newer member states.

The results are well-known: growing anger and hostility towards the EU across Europe, giving rise to an illusory desire to ‘take back control’ at national level – culminating in the Brexit debacle.

In the European Trade Union Confederation (ETUC), we have been warning of this spreading malaise for years. People are fed up with seeing their living and working conditions in freefall, coupled with a sense that decision-makers are not listening. Back in the days of Jacques Delors, European Commission president from 1985 to 1995, if social Europe stood for one thing it was hope.

We demanded proof that the EU was doing something for workers and their families. So, when Commission President Jean-Claude Juncker announced plans for a ‘European Pillar of Social Rights’ in September 2015, we welcomed the initiative – and waited to see what it would mean.

The Commission finally announced its package of measures in April 2017.

Many of the proposals were long overdue, and in line with our long-standing demands. But overall the Social Pillar was not as ambitious and concrete as trade unions wanted.

“The Social Pillar certainly does not encompass everything trade unions want, but it must not be strangled at birth”

We must now reinforce the momentum towards genuine upward convergence, making concrete improvements for working people in Europe. Much depends on the Commission, but not everything: member states must play their role by refraining from objecting in the name of subsidiarity, and instead build together a stronger European social model.

On content, the draft legislation on paid parental, paternity and carers’ leave is very positive and much-needed, although it is regrettable that it does not yet improve protection against dismissal for mothers returning from maternity leave. The lack of willingness of some employers to negotiate should not stop the Commission from taking the legislative initiative. Trade unions would be supportive.

With more and more Europeans forced into precarious and low-quality jobs, the ETUC also supports the introduction of standards to protect self-employed and atypical workers.

In its Spring Economic Forecast, the Commission recognised that divergences between member states’ economies are still much too wide, allowing social dumping to threaten jobs and undermine wages. Too many people are making do with part-time work when they actually need a full-time job. They are getting by in the gig economy or on zero-hour contracts.

We welcome the planned revision of the Written Statement Directive obliging employers to inform workers of their contractual rights; and the proposal for Access to Social Protection for All will be crucial in securing the right to a decent standard of living for everyone in Europe.

The Social Pillar is a strong signal, but still faces formidable obstacles. Many of the proposed measures will need to be applied by national governments. And we have already seen employers’ reactions embodied in BusinessEurope’s ill-judged hostility to stronger parental rights. Employment Commissioner Marianne Thyssen herself estimated that enabling more women to join the labour market could save the EU up to €370bn a year, making an important contribution to growth.

The Social Pillar certainly does not encompass everything trade unions want, but it must not be strangled at birth, and we will fight to make it stronger and see it grow to maturity. We are ready to engage in consultation on these proposals, since social dialogue will be crucial to their success, and we invite all employers’ organisations to join us.

“The EU is much maligned, yet remains a unique and remarkable model of international cooperation”

The pillar must apply across the whole of the EU. Any move to restrict it to the eurozone or a small group of ‘the willing’ would worsen existing inequalities. Indeed, the Commission has confirmed that the formal proclamation of the pillar at the end of the year will implicate all 28 member states, since the United Kingdom will still be part of the EU.

In mid-May, as part of her general election campaign, British Prime Minister Theresa May announced that a Tory government would introduce a raft of new rights for workers. Could it be that she recognises the potential backlash if workers in post-Brexit Britain found themselves left behind and denied the benefits promised across 27 member states?

There is not a moment to lose. The election of pro-EU President Emmanuel Macron in France has given Europe some breathing space, by avoiding the risk of further defections from the Union for the time being.

But the Commission must act rapidly on its pledge to enforce existing European social legislation and rights, and indicate how it means to implement the Social Pillar and more generally the social dimension of Europe. The EU is still in danger of reaching a tipping point which would put continued support from Europeans out of reach.

In the meantime the EU is on the road to economic recovery, and growth is on the rise. Workers must also benefit, yet all the evidence shows that inequalities are growing. That is why the ETUC has launched a major campaign for investment for quality-job creation and for #ourpayrise across the EU, demanding that workers’ salaries also recover their value.

The clock is ticking. The EU is much maligned, yet remains a unique and remarkable model of international cooperation. It is well worth saving, but that can only be done if it puts social rights at its heart.

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

TUC comment on General Election

Commenting on the result of the 2017 General Election, TUC General Secretary Frances O’Grady said:

“This election was about bread and butter issues – what needs to change for ordinary working people. And no wonder: if current trends continue, in five years’ time 3.5 million people will be in insecure work – and the average wage is still £1,200 less than it was in 2008.

“The next government must deliver a new deal for working people. They should implement popular policies from the campaign – like banning zero-hour contracts, pushing up the minimum wage and delivering a long overdue pay rise for nurses, midwives and all public servants.

“And it’s clear that there is no mandate for a no-deal Brexit. The government should go back to the drawing board and negotiate a Brexit deal that puts UK jobs, decent wages and workers’ rights first.”

Contacts:
Press Office  T: 020 7467 1248  E: media@tuc.org.uk

Publié dans EuropAgora | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire