Pour les syndicats, c’est la meilleure occasion de changements progressifs en 10 ans

Lors de la conférence à mi-mandat de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui se termine aujourd’hui à Rome, plus de 400 dirigeants syndicaux venus de toute l’Europe se sont accordés pour dire que « pour les syndicats, c’est plus que jamais le moment de redoubler d’efforts pour gérer la mondialisation, la numérisation et les actions pour le climat et faire en sorte que les travailleurs ne soient pas abandonnés. »

Les syndicalistes estiment que « le ralentissement de la montée en puissance des forces antieuropéennes et xénophobes constaté lors de plusieurs élections récentes et l’émergence d’un débat politique sur des politiques plus favorables aux travailleurs ouvrent des perspectives encourageantes dix ans après la crise financière de 2007-2008. »

Dans une déclaration adoptée durant la conférence, les syndicats ont convenu d’agir ensemble pour :

  • Des investissements en faveur d’une croissance durable et la création d’emplois de qualité ;
  • Une transition juste vers une économie sobre en carbone, une numérisation et une automatisation dans une optique de développement durable ;
  • Des augmentations salariales et une convergence à la hausse des salaires ;
  • Un socle européen des droits sociaux solide et une législation ambitieuse en matière d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ;
  • Une mobilité et une migration justes pour lutter contre le dumping social et salarial.

Le Secrétaire général de la CES Luca Visentini a déclaré : « C’est la meilleure occasion qui se présente à nous depuis 10 ans pour réaliser des changements progressifs en faveur des travailleurs. Nous devons saisir cette chance. « 

Ce contenu a été publié dans EuropAgora, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.